École alternative dans les Pays-d’en-Haut

Par Isabelle Houle

Deux scénarios sont sur la table

Depuis plusieurs années, un comité formé dans les Pays-d’en-Haut tente de faire ajouter une école alternative au portrait scolaire de la région.

La Commission scolaire des Laurentides (CSL) propose aujourd’hui deux possibilités : convertir l’école Chante-au-Vent de Mont-Rolland en école alternative ou offrir un volet de ce type à l’école Saint-Joseph, de Sainte-Adèle. Jolène Richer, fondatrice du comité Projet d’école primaire alternative publique dans la MRC des Pays-d’en-Haut, s’est installée à Morin-Heights avec sa famille il y a quelques années. « Lorsqu’on a dû choisir une école, on a constaté qu’il n’y avait aucun programme alternatif. », raconte-t-elle. Ainsi, elle a décidé de faire l’école à la maison avec un de ses enfants et de militer pour l’implantation d’une école alternative chez nous. Mme Richer a d’abord formé un comité, puis, a été guidée par le réseau des écoles alternatives publiques du Québec (REPAQ) pour savoir comment s’y prendre avec la commission scolaire. « Depuis l’arrivée en poste du directeur général Bernard Dufourd, on a pu envisager la réalisation de notre projet. Avant cela, c’était difficile. M. Dufourd a demandé qu’on examine ce qui pouvait être fait, quel bâtiment était libre, mais rien ne convenait. Les normes exigées n’étaient pas satisfaites et on n’a rien trouvé à des coûts raisonnables », ajoute-t-elle.

Le comité a été tenace et a organisé une soirée où près de 400 enfants ont été préinscrits à un programme alternatif. Devant ce constat, la CSL a proposé deux avenues dans des écoles existantes de Sainte-Adèle : Chante-au-vent ou Saint-Joseph.« Pour nous c’est une bonne nouvelle. Ces options sont proposées parce que la majorité des enfants préinscrits proviennent de Sainte-Adèle. On sait que des parents d’enfants qui fréquentent le programme régulier dans ces écoles sont inquiets ou mécontents. Des consultations seront faites pour trouver la meilleure avenue. »

Marcher sur des œufs

De son côté, la présidente de la CSL, Lyne Deschamps précise que ce dossier doit être étudié en profondeur. « Il faut voir comment on peut donner une place aux enfants qui feront le programme alternatif. Je sais très bien de quoi il s’agit puisque mes enfants ont suivi ce genre de programme. On veut trouver une solution et on veut y aller progressivement. Il ne faut pas non plus déshabiller Pierre pour habiller Jacques. On marche sur des œufs et on veut trouver la meilleure avenue. »

 

Les 26 et 28 novembre, une consultation publique se tiendra à 19 h, à la Place des citoyens de Sainte-Adèle. La première soirée portera sur le scénario de l’intégration à l’école Chante-au-Vent et la deuxième sur Saint-Joseph.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de