ÉLECTIONS STE-ADÈLE

Par Eric-Olivier Dallard

L’opinion d’une citoyenne

J’ai décidé d’appuyer John Butler à titre de conseiller dans le district 6 parce qu’il a la compétence nécessaire pour les finances de la ville.

Il n’est attaché à aucun groupe d’intérêt particulier, il n’a de compte à rendre qu’aux électeurs et citoyens de Ste-Adèle.

Il ne fait partie d’aucune équipe, alors il aura les mains libres pour prendre les décisions qui s’imposent. Il n’a pas comme objectif de faire de la politique mais de fairede la saine gestion.

Dans les circonstaces actuelles, je suis convaincue que les citoyens de Ste-Adèle ont intérêt à élire des conseillers indépendents.
– Doris Poirier
•••

L’opinion d’un commerçant
Étant commerçant de longue date, natif de Ste-Adèle, voici un valeureux conseil aux électeurs: ne mettez pas vos espoirs dans le profil «retraité qualifié qui veut un passe-temps» tout en se coulant une petite vie tranquille dans nos montagnes et qui va mener notre Belle Adèle vers un attribut de ville dortoir!! Oubliant notre qualité de «ville touristique», et aussi le fait que la survie de nos commerçants dépend en grande partie de nos touristes!! N’est-il pas malheureux de voir l’exode de notre jeunesse hors de notre joli bourg faute de travail dans les environs?

Et tous ces locaux vides!!

La totalité de nos residents nouveaux et anciens se plaignent du manque de services, magasins etc. Pas question de se «St-Sauveuriser!!», mais bien de retrouver le juste milieu et l’attrait qui jadis avait donné à Ste-Adèle sa réputation de «Perle du Nord».

Après des années d’administration municipales sans vision, cohérence et continuité, nous sommes gérés par certains départements qui servent bien les citoyens, et d’autres qui ternissent notre ville et nous font faire marche arrière!

Dans la masse des citoyens, respectons nos nouveaux et anciens «Baby Boomers» et nos retraités qui aspirent à un repos mérité mais n’oublions pas nos vaillants commerçants, nos villégiateurs et touristes qui font vivre le coin!

Il y a amplement de secteurs dans notre municipalité pour trouver paix et sérénité mais un centre-ville en santé, bien zoné et bien vivant est prioritaire. Nous ne voulons pas de candidats qui vont se contenter de BRASSER DES DOSSIERS, on a un besoin CRIANT de visionnaires qui vont passer à l’action pour un Sainte-Adèle revitalisé, présentable, attirant, géré sainement avec une volonté d’avancer!!

Les urgences

Reviser le budget et ses «failles»!!

La voirie: Prioriser le déblaiement de la neige sur nos trottoirsdans l’ensemble du centre-ville les week-ends! Introduire le gros bon sens dans une convention collective qui perpétue des conditions contraignantes pour nous qui n’ont rien à voir avec le minimum de maintien d’une ville touristique!!… Entretien, pancartes, noms de rues, pavé uni, plates-bandes à entretenir d’une façon constante!

Urbanisme: qui, avec sa pancarte «pas de violence verbale» méritée…, il va de soi…, nous donne l’impression que l’on s’adresse à un organisme «totalitaire» dont le côté humain est totalement mis de côté! Les processus sont lents à outrance, avec un principe «au pied de la lettre» qui offusque et décontenance! Et ces gens travaillent pour nous!!

Manque cruel de stationnements: On se gare dans les stationnements privés faute de places ailleurs! Veuillez bien analyser les programmes électoraux des candidats avant d’y apposer votre X… – Tom Fermanian

Réponse à un commerçant

Tom Fermanian, propriétaire du Cinéma Pine, se prononce contre la candidature à la Mairie d’un «retraité qui veut un passe-temps» sans toutefois oser le nommer.

Quelle mouche vous a piquée monsieur Fermanian? Vous portez un jugement sévère à l’encontre d’un citoyen qui a décidé de s’impliquer en politique municipale. Fort de ses convictions, de sa vision, de sa disponibilité et sa riche expérience, il a décidé de consacrer une partie de sa retraite au profit de ses concitoyens. Après vérification faite, le seul candidat «retraité» au poste de Maire de Sainte-Adèle s’appelle Réjean Charbonneau.

Sachez que beaucoup de moyens sont présentement déployés au Québec pour ramener les retraités dans le giron du marché du travail. Contrairement à ce que vous en pensé, ils constituent un vaste réservoir de connaissances et d’expérience. C’est un fait connu, sans cette aide précieuse, le Québec s’en va tout droit vers une rupture de main-d’œuvre. La ville de Sainte-Adèle compte de plus en plus de retraités parmi ses citoyens et vos propos en ont sûrement égratignés plusieurs. Choisir de faire de la politique active aujourd’hui constitue un formidable défi. Chapeau à ceux et celles qui ont l’audace de le relever.

La population de Sainte-Adèle a connu une croissance formidable, particulièrement marquée depuis les cinq dernières années, faisant passer sa population de 7000 à 11,000 habitants. Les dernières statistiques le démontrent, les Laurentides représentent la région la plus en demande comme lieu de vie au Québec, Sainte-Adèle y récolte sa juste part. Les commerces en place sont en mesure d’en profiter. Certains y arrivent très bien, vous êtes d’ailleurs bien informé à ce sujet. D’autres, pour l’instant, ont plus de difficultés à tirer leur épingle du jeu. C’est la loi de l’offre et de la demande.

Des résidants qui se plaignent vous dites? Il y en aura toujours. Ce mini club composé d’une très petite minorité n’empêchera pas la roue de tourner. Consolidons le noyau commercial déjà en place. Encourageons l’achat local. Comme consommateurs développons de nouvelles habitudes. Vouloir mettre en place un nouveau centre commercial au centre-ville dès maintenant m’apparaît utopique. D’ailleurs il n’y a pas de preuve qu’un tel projet ne mettra pas en péril les commerces existants. A ma connaissance, à ce jour, aucune étude de viabilité du projet n’a encore été produite.
À mon avis, beaucoup trop d’argent a été investi dans ce projet. Pour l’instant, à l’heure du développement durable, sachons privilégier d’autres avenues: un espace parc bien aménagé au profit des citoyens et des visiteurs. Un débat s’est tenu dans le cadre de la campagne électorale sur le thème «l’environnement, le développement durable et les loisirs de plein air». La tendance verte soutenue par un développement durable l’a clairement emportée.

Votre allusion aux «départements» de l’hôtel de ville qui ternissent notre ville me laisse songeur. Pour ma part, les employés municipaux font leur travail correctement. Ils le font en fonction des ordres qu’ils reçoivent, des lois existantes et des choix des élus municipaux. Soyons plutôt reconnaissants des services qu’ils nous rendent. S’il y a eu des erreurs de parcours, est-il nécessaire de se le rappeler quotidiennement? Il est temps de tourner la page et de relever de nouveaux défis. Ainsi, on contribuera à assainir le climat de travail chez les emplo­yés municipaux, tout en les encourageant à retrouver leur fierté d’apparte­nance à une institution qui sache les reconnaître.

Sainte-Adèle une ville dortoir? Faux, c’est un endroit où il fait bon vivre me disait un résidant récemment installé. Il me vantait la qualité de vie à Sainte-Adèle et l’abondance des activités de plein air. Il ajoutait: «la nature est si généreuse ici, que je m’explique mal de ne pas y être venu m’installer avant». Voilà un exemple de bonheur à l’état pur. Pour le reste a conclu ce nouvel arrivant: «on s’accommode bien avec les services existants». Monsieur Charbonneau semble avoir choisi cette vision.

Il faut se tourner vers l’avenir et faire retentir à haute voix la qualité de vie exceptionnelle qu’offre ce magnifique jardin naturel qu’est Sainte-Adèle. En terminant, laissons donc à chacun le soin de faire son choix lors de la prochaine élection. C’est ça la démocratie.

Yvon Nielly _Résidant et retraité

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de