Elizabeth Shepherd dévoile MONtréal

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
Elizabeth Shepherd dévoile MONtréal
Elizabeth habite Sainte-Lucie-des-Laurentides depuis près de deux ans. (Photo : Courtoisie)

Projet multidisciplinaire collaboratif

L’artiste de jazz Elizabeth Shepherd dévoile au grand jour les premiers volets de son projet multidisciplinaire collaboratif MONtréal. Celle qui a jeté son dévolu sur les Laurentides depuis près de deux ans explique comment elle a su qu’elle poserait ses valises dans le Nord!

« Quand j’ai fondé une famille, j’ai eu une grande prise de conscience et je ne voulais plus parler uniquement de moi dans mes créations. J’avais envie de raconter les histoires des autres, de comprendre dans quel monde j’allais élever mes enfants, raconte la maman de deux fillettes de deux et sept ans. Bien que je me considère comme Montréalaise d’adoption, je me suis toujours sentie un peu à l’écart puisque je viens de partout et nulle part – je suis née à Winnipeg et j’ai grandi à Toronto et en France. Je me suis dit que je ne devais pas être la seule à vivre avec ce syndrome de l’imposteur dans la métropole. »

Les chansons ont donc été tissées à la suite d’une série d’entrevues avec des Montréalais rencontrés au hasard dans les différents quartiers qu’elle a fréquentés pendant trois ans. On y découvre le Montréal de ces humains au vécu singulier. Elizabeth a recueilli des histoires inédites et inspirantes à propos de cette ville qu’elle affectionne particulièrement.

Rencontres et synchronicités

« J’ai tout d’abord voulu rencontrer Oliver Jones, mais le destin ne semblait pas jouer en ma faveur. C’est quand j’ai lâché prise, alors que je devais prendre l’avion pour un déplacement, que j’ai découvert que mon voisin de siège était nul autre que le grand Olivier Jones. » Grâce à la richesse de leur conversation tout le long du vol, elle découvre de précieux pans de l’histoire des cabarets de la Petite-Bourgogne.

« Au fil de mes rencontres, j’ai réalisé que chacun des quartiers de Montréal est en réalité comme un village avec une communauté tissée serrée », explique l’artiste.

Tournée internationale

Pleine de soul et de groove, avec un courant éléctro, Elizabeth se produit sur scène avec quatre des meilleurs musiciens de jazz montréalais; le tout est accompagné d’une série de vidéos réalisées par le cinéaste Stéfan Verna. Ce trajet visuel couvre de façon stylisée les lieux et les personnages qui ont servi d’inspiration pour chaque chanson.

En tournée depuis la mi-novembre, Elizabeth dévoile au public ses 11 pièces touchantes. Une occasion de découvrir cet album concept, son 6e en carrière, son premier bilingue. La semaine dernière, on a pu découvrir le premier single Tio’tia:ke, nom Mohawk de Montréal.

Son lancement montréalais se tiendra au Ministère le 9 février et elle promet également un concert à l’Église de Val-David le 2 février.

Les pièces musicales et les vidéos sont également accompagnés d’un livre. « Je reste méfiante face à l’ère du numérique dans laquelle nous vivons. Je trouvais important que mon projet soit également tangible. Le livre permet de plonger dans toutes les nuances des histoires que les Montréalais m’ont racontées. »

Laurentides, mon amour

« Quand est venu le temps de m’installer, j’avais l’impression d’être perdue en ville. Dès que je suis arrivée dans le Nord, l’odeur de la terre et de la forêt m’a rappelé mon enfance quand je passais mes étés au chalet familial à Saint-Hyppolite. J’ai su que c’était là que je voulais m’établir avec ma famille. »

Elizabeth et son conjoint apprécient particulièrement l’esprit de communauté, la proximité à la nature et la scène culturelle foisonnante. Ses coups de cœur : le Général café, le Baril roulant, le Mouton noir, le Théâtre du Marais et le mont Kaaikop.

La chanteuse s’implique entre autres dans sa communauté en enseignant la chorale une fois par semaine à l’école primaire de Val-David. « Avec toutes les coupures budgétaires, les arts en prennent un coup dans le milieu scolaire. C’est une façon pour moi de redonner à la communauté qui m’a accueillie. »

Elle fait une coupure claire entre sa carrière d’artiste et sa famille. « Avant, les enfants m’accompagnaient en tournée, mais je me sentais déchirée. Maintenant, je pars seule et ils viennent plutôt me rejoindre ensuite. »  Pour les Fêtes, elle se promet une bulle familiale de plusieurs jours pour célébrer en toute simplicité à la Scandinave (son mari est Suédois)!

 

Pianiste, chanteuse, auteure et compositrice jazz de renommée internationale, elle a été en nomination deux fois pour le Prix Polaris et quatre fois aux prix Juno. Acclamée par les critiques, on l’a décrit comme une virtuose du jazz à la voix de velours et douée d’une sensibilité pop.

Elle a tourné partout en Amérique du Nord, en Europe, au Japon ainsi qu’au Mexique. Elle a joué dans de nombreux clubs légendaires à guichets fermés, de Tokyo à Detroit, ainsi que dans des festivals tels que celui de Montréal, North Seas et ELBJazz. Elle a aussi fait la première partie de Jamie Cullum au fameux Hollywood Bowl.

Le projet MONtréal est financé par une bourse du Conseil des arts et sa campagne de financement participatif (toujours en cours) : www.gofundme.com/elizabethshepherdmontreal

Info : elizabethshepherd.com

Elizabeth vient de sortir la première vidéo d’une série de 11, à raison d’une par semaine :
youtu.be/tTEgEeaD2KY

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de