Entente imminente pour le Trans-Québec 33

Par Nathalie Deraspe

Autoroute nord-sud réservée aux motoneigistes

Les tractations vont bon train entre la MRC des Pays-d’en-Haut, la Table de concertation sur les véhicules hors route (TCVHR) et leurs vis-à-vis ministériels afin de trouver une solution définitive au sentier Trans-Québec 33, une immense autoroute nord-sud réservée aux motoneigistes.

Une rencontre importante à la fin août pourrait permettre de solutionner un problème qui date de quatre ans, a confié Charles Garnier, préfet de la MRC et président de la TCVHR. Selon ses dires, les responsables de la Station de biologie de l’Université de Montréal, dont les installations sont situées à Saint-Hippolyte, seraient sur le point d’accepter une proposition visant à faire passer ledit sentier au nord de leur territoire, en échange de terres situées au-delà du tracé, une solution qui permettrait d’assurer la création d’une aire protégée dans la région.

Jusqu’à présent, les biologistes étaient plutôt réfractaires à l’idée de voir les motoneiges envahir le secteur, au point que certains élus avaient proposé au ministère des Ressources naturelles et de la Faune de ne pas renouveler le bail de la station de recherche, vieille de 1962.

De leur côté, les résidents de Saint-Hippolyte pestaient contre les motoneigistes qui, faute de sentier permanent, empruntaient des tracés hasardeux déplacés pratiquement d’année en année et situés à quelques pas des résidences. «Si on n’arrive pas à trouver de solution, les résidents de Sainte-Marguerite vont écoper et nous allons perdre les retombées économiques au détriment de Lanaudière», a expliqué Charles Garnier, qui demeure confiant de trouver une solution satisfaisante pour toutes les parties en cause.

Entrée en fonction en juin dernier, la nouvelle coordonnatrice de la TCVHR, Julie Kennedy, affirme que les travaux vont bon train et que plusieurs dossiers sont menés de front, malgré les 42 intervenants à table.

La permanence du sentier Trans-Québec 33 est identifié au Plan directeur du Parc régional des Pays-d’en-Haut depuis 1998 et doit être établi dans le cadre du projet de loi 9 sur les véhicules hors route adopté le 13 juin 2006. La prochaine rencontre de la Table de concertation aura lieu le 5 septembre prochain.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de