Entraînement sportif : Anthony Charbonneau n’a pas craint de se lancer en affaires

Par Production Accès
Entraînement sportif : Anthony Charbonneau n’a pas craint de se lancer en affaires
Anthony Charbonneau s’est lancé en affaires à 23 ans. (Photo : Luc Robert)

Par Luc Robert

Alors que les groupes sportifs se regroupent de plus en plus pour réduire leurs frais d’opérations, le Jérômien Anthony Charbonneau a fait preuve de cran, en septembre dernier, quand il a lancé seul AC Sports Élites, un lieu d’entraînement personalisé de hockey.

 

Âgé de seulement 23 ans, Charbonneau est fringuant et n’a pas d’objection à se retrousser les manches pour mener son projet à bien.

« J’ai joué jusqu’aux rangs juveniles. Ça faisait trois ans que je caressais le projet d’ouvrir un centre d’entraînement local, sans que nous soyons obligés de nous déplacer vers Boisbriand, Laval ou Montréal pour avoir des cours d’appoints individuels. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai décidé de me lancer seul dans l’aventure. Je veux enseigner à temps plein dans le sport. »

Natif du secteur Saint-Antoine, celui qui est aujourd’hui entraîneur-chef des midgets espoirs à Saint-Jérôme compte sur l’aide de trois à cinq entraîneurs, selon l’achalandage.

« En deux mois et demie d’opérations, j’ai déjà 200 jeunes inscrits à nos camps et sessions. Nous disposons de 3900 pieds intérieurs de surface artificielle pour notre patinoire. Quand j’ai commencé à louer mon local (rue De Martigny ouest), il n’y avait que deux murs, ici. On a tout aménagé nous mêmes : les bandes, le vestiaire, le tableau indicateur, la boutique avant, la machine d’affûtage de patins, etc. Je suis fier du résultat. On a comme projet d’installer une surface synthétique de 2 000 pieds carrés, à l’extérieur, pour tenir des camps d’été. On a déjà la surface intérieure en composite qui permet un environnement d’entraînement 365 jours par année. »

Anthony Charbonneau espère étendre la réputation d’AC Sports élites à travers la région.

« Mon territoire comporte beaucoup de potentiel. Des jeunes inscrits proviennent d’aussi loin que Tremblant, jusqu’à Deux-Montagnes, en passant par Saint-Colomban et Lachute. Le but reste d’avoir tous les services de développement localement, avec des inscriptions de partout sur la Rive-nord. »

Toutes les phases du jeu et de l’entraînement sont abordées par Charbonneau et ses adjoints, pour des joueurs seuls ou en groupes.

« On cherche à déterminer le niveau de conditionnement physique du joueur, en fixant des objectifs réalistes. On améliorera sa préparation physique, son développement à long terme. J’entend maximiser le potentiel des jeunes, tout en respectant l’évolution de l’athlète. »

Au niveau du conditionnement physique, il s’est associé à Félyx Darveau.

« À l’heure actuelle, je prepare un camp de Noël pour les jeunes. J’ai aussi dans mes cartons d’autres camps à monter pour le congé de mi-session de mars 2019. J’ai essayé de me faire connaître, en multipliant les concours et promotions. La réponse est bonne. J’ai de l’ambition et je sais que je vais réussir. »

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de