Un jardin au masculin

Un jardin au masculin
Journal Accès
Environnement

Par Chantal Rochette

 Pour partir cette chronique sur des bases solides, je suis allée consulter mon Petit Robert 2012. Il me fallait vérifier la réelle signification de la masculinité.

 

La définition est presque simpliste et réfère principalement aux attributs physiques et sexuels de l’homme. Amusée, ou déçue, je suis allée évidemment, consulter la définition de la féminité. Cette fois il y a plus. On y parle de l’ensemble des caractères propres à la femme naturellement, mais encore,  de l’ «ensemble de caractères correspondant à une image sociale de la femme (charme, douceur, délicatesse) que l’on oppose à une image sociale de l’homme.» Je connais pourtant des hommes, très masculins, qui au bon moment, sont charmeurs, qui opèrent en douceur, et en délicatesse. Mais ça pourra être l’objet d’une toute autre chronique, voire d’une thèse de doctorat! Retenons simplement la délicatesse pour ce qui est du jardin, ce sera déjà un bon départ.

 

Un jardin masculin, est-ce un jardin sans fleurs? Pas du tout. Les hommes aiment les fleurs, aux couleurs chaudes généralement; les rouges, les jaunes, parfois les orangers.  Ils aiment les masses aussi, pour donner un impact, et quand ils aiment une plante en particulier, ils en mettraient partout sur le terrain. Ceux que j’ai rencontrés (quelques-uns, en vingt ans) préfèreraient ne pas avoir à entretenir, et donc sans trop le savoir font des choix en conséquence : de grands massifs, beaucoup d’arbustes, des plantes faciles, que certains appellent même des plantes de gars! Pour la petite plante délicate, et si jolie mais trop fragile ou demandant trop d’attention, Monsieur repassera. Il choisit celle qu’on plante et qui pousse… toute seule! Je parodie à peine…

Facile de comprendre que les arbres occupent une place de choix dans un jardin masculin. Les hommes aiment, règle générale, la structure sur le terrain. Pour y arriver, arbres (feuillus et conifères), et arbustes sont nécessaires. Et j’allais presqu’oublier les haies, de cèdre en particulier! Voilà souvent la deuxième plus grande fierté des hommes : une haie bien taillée! Parce que la première, c’est sans contredit le gazon!!! Avec raison! Quand on déroule la tourbe sur un terrain, tout le monde s’entend pour dire que c’est donc beau! Moi la première. Du vert!

 

Je blague, mais j’avoue aimer les jardins au masculin. Ils ont quelque chose de rassurant, et de calme. La solidité des arbres, la sobriété souvent des agencements, la simplicité aussi, c’est plutôt reposant à regarder. Moi qui aime tant les fleurs, j’aime aussi beaucoup le vert ou alors les couleurs de feuillage. Ce type de jardin misera souvent plus sur la plante elle-même, en feuillage, que sur la floraison, ce qui en fait met en valeur les floraisons choisies. Voilà d’ailleurs à mon avis l’une des erreurs, s’il en est une puisque tout est une question de goût : le manque de vert ou de feuillage dans un aménagement paysager. Le vert, c’est une pause pour l’œil et l’esprit, c’est un lien aussi entre les différents éléments d’un aménagement.

 

Si j’avais à concevoir demain un jardin au masculin, voici quelques plantes qui se retrouveraient sur ma liste de végétaux:

Dans les arbres feuillus: des érables pour leur coloris automnal, au moins un chêne, un arbre majestueux, dont j’adore le feuillage.

Dans les conifères: des thuyas occidentalis fastigiata, pour la structure, et un grand pin, blanc probablement.

 

Dans les arbustes: des grands saules, le salix Rubykins, mon préféré, pour son port dressé. L’euonymus alata compacta, pour son vert intense l’été et son incroyable couleur rouge feu à l’automne.

 

Dans les vivaces : les hostas, bien sûr! Je suis une amoureuse inconditionnelle de hostas, dont je coupe parfois les hampes florales, parce que je les plante avant tout pour leur feuillage. Mes préférés: Guacamole, Paul’s Glory, Liberty, Sum and Substance…. La liste est trop longue…. J’intègre aussi règle des vivaces à feuillage rouge: certaines heuchères évidemment, la Binoche me fait craquer cette année, certains astilbes  dont la Delft Lace, au feuillage crispé et tirant sur le bourgogne, et si j’ai un coin un peu plus du côté mi-ombre, j’ajouterai certainement quelques ligularias, et aussi du cimicifuga Atropurpurea ou Brunette.

 

Le jardin masculin, un jardin à mon goût!

 

 

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Plus dans Environnement

X