Éric Veilleux : Maerix, une entreprise florissante

Photo de Martine Laval
Par Martine Laval
Éric Veilleux : Maerix, une entreprise florissante

Maerix, une entreprise en informatique de haute technologie située à Piedmont est fière d’avoir livré sa solution unique de gestion des matières dangereuses nommée Paratox, au sein des sites d’Alcoa situés dans sept pays à travers le monde.

Cette implantation sans faille a réussi à faire plier les genoux des compétiteurs et hisse la compagnie encore un échelon plus haut, alors qu’elle est déjà reconnue comme le leader dans le développement de logiciels de gestion. Fierté pour la région et pour le Québec!

« Ce projet vient confirmer notre position de leader dans le développement de logiciels innovants conçus entièrement par notre équipe, dans le domaine de la gestion en Santé, Sécurité et Environnement (SSE) et en Ressources humaines (RH) », précise Éric Veilleux, fondateur et président de Maerix.

Que produit Maerix ?

Maerix est une compagnie en informatique de haute technologie qui s’est donnée comme mission d’aider les organismes à mieux agir dans les domaines de gestions particulières. « On excelle dans notre domaine, m’explique son fondateur. En résumé, nous créons des logiciels qui aident tout organisme à se conformer aux lois et règlements qui régissent ces secteurs spécifiques, où qu’ils opèrent dans le monde. »

Parlez-moi de votre solution Paratox en particulier ?

« De nombreuses entreprises utilisent des matières dangereuses pour leurs produits et services, et chez Maerix, on a tous les outils nécessaires pour les aider à faire en sorte que leurs employés ne soient pas exposés à des matières nocives et que l’environnement dans lequel ces produits se retrouvent en soit protégé », explique Éric Veilleux.

Paratox est le nom du logiciel qui aide à cette gestion en informant les employés des caractéristiques, de l’utilisation sécuritaire et de la façon de protéger l’environnement en cas de déversement ou de fuite de ces matières dangereuses.

Ce système est reconnu pour être intuitif, simple et facile d’utilisation. C’est sur cette expertise mondiale développée à Piedmont que se fient les usines d’Alcoa situées dans sept pays, une des multinationales gérée par le bureau des Laurentides en cas de déversement ou de premiers soins à donner si quelqu’un avale un produit chimique, par exemple.

La vie de milliers de travailleurs en usine et de personnes en environnement dépendent de la qualité de ce travail quotidien. Avec son intelligence d’affaires et ses fonctionnalités, comme celles du mode corporatif et de la gestion multilingue, Paratox permet de combler les besoins de ces nombreuses multinationales.

recevoir cette reconnaissance vous démarque-t-il de la compétition ?

« Avec cette dernière implantation de Paratox au sein d’Alcoa, l’entreprise Maerix est désormais présente dans 25 pays sur cinq continents et peut se targuer d’avoir détrôné les plus grands joueurs mondiaux de l’industrie, exprime humblement son président. Bien qu’on soit le plus petit joueur dans le domaine, notre technologie et notre savoir-faire nous classe les meilleurs. On a les cerveaux et l’expertise au Québec, lance-t-il fièrement, mais malheureusement, la mentalité entrepreneuriale provinciale fait que sur le plan du développement de l’entreprise, l’expansion doit se faire ailleurs. C’est pourquoi nous avons ouvert un bureau aux États-Unis l’an dernier. »

Une mentalité entrepreneuriale exemplaire

Bien que le président de Maerix ait déjà reçu de nombreuses offres d’achat de sa compagnie, pour lui, l’histoire n’est pas seulement celle d’Éric Veilleux, mais celle de plus de 30 employés qui se lèvent tous les matins, beau temps mauvais temps pour venir travailler.

« Pour moi, ce serait trahir ces personnes. Ce serait simple de la vendre pour quelques millions. Je n’ai qu’à dire oui et c’est fait. Mais ces millions représentent la sueur des gens qui ont cru en moi et qui sont là à travailler pendant que je vous parle. Je sais que les acheteurs ne regarderaient pas ce qui compose Maerix, mais les bénéfices que l’entreprise pourrait rapporter. Atteindre un tel succès a demandé de l’acharnement, et ce n’est pas tant de grossir, mais de grandir dans l’entreprise qui a bâti sa réussite », exprime celui qui ne reçoit pas le succès pour lui seul.

 

Coups de cœur

• À l’image de celui qui s’exprime, les coups de cœur d’Éric Veilleux dans la région des Laurentides sont humains :

• L’artiste-peintre Dominique Beauregard, pour la beauté de ses œuvres et pour son implication dans la recherche historique et patrimoniale des Laurentides, en particulier sa passion pour le Curé Labelle et l’histoire de la colonisation de la région.  www.dbeauregard.com

• L’entrepreneur Max Hénault de Maximise, pour la mission qu’il s’est donnée de développer les meilleures installations sportives, dans le but de maximiser la progression des athlètes en ski et en planche à neige de niveau débutant, provincial, national et international. www.imaximise.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de