Un été chaud pour Marco Calliari

Par Diane Baignée
Un été chaud pour Marco Calliari
PHOTO: Courtoisie

Des Laurentides aux saveurs de l’Italie

C’est dans l’intimité de l’Ange Vagabond de Saint-Adolphe-d’Howard que Marco Calliari, cet Italo-Québécois, a lancé sa chaude tournée d’été dans les beaux Pays-d’en-Haut.

Récemment, il enflammait les planches de la scène Rona-Dagenais au cœur de l’effervescente ville de Saint-Sauveur. Très bientôt et en fin de course laurentienne, il nous offre un spectacle en plein air dans le cadre du Pizza Fest de Saint-Agathe-des-Monts. D’ailleurs, il a été nommé le porte-parole du premier événement du genre dans notre belle région.

Il a toujours chéri la région des Laurentides notamment à Lantier où  il passait, très jeune, tous ses week-ends et fêtes de Noël.

Un parcours musical varié

Marco Calliari est loin d’avoir opté pour une carrière monocorde. Son parcours est atypique. « D’abord, je tiens à dire que j’ai grandi dans le quartier multiculturel de Saint-Michel à Montréal. À 14 ans, j’ai eu une attirance pour la musique heavy métal. J’ai alors fondé le groupe Anonymus. Comme guitariste et chanteur, j’ai enregistré cinq albums avec ma formation entre 1989 et 2006. En même temps, j’étudiais la guitare classique au cégep Saint-Laurent. » Disons que sa vie musicale était déjà bien garnie et loin d’être banale.

Et l’Italie, la saveur des mots

Il élargit ses goûts musicaux lors d’un voyage en Italie, guitare à la main. « À ma grande surprise, je me suis senti littéralement attiré par les paroles et les harmonies du folklore italien. Ça m’a pris aux tripes. Chaque chanson est une histoire. Plusieurs d’entre elles m’ont profondément bouleversé. » Marco devient donc un chanteur-raconteur. Voilà comment il se décrit. « Dans mes spectacles, je prends le temps de raconter le sens de chaque chanson dont les moments difficiles des gens de mon pays d’origine […] C’est plus qu’une mélodie que je chante, mais une tranche d’histoire. »

L’amour pour ce style de musique l’amène à un changement de cap en carrière. En 2003, il réalise l’album solo Che la Vita. Inspiré par la réponse positive du public, il crée en 2004 le Rital Fest. En 2006, il ajoute à son répertoire l’opus Mia Dolce Vita, qui regroupe des classiques et des pièces contemporaines du répertoire italien. Naissent l’album Al Faro Est en 2010, Mi Ricordo en 2013 et One Night en 2016.

Marco Calliari, une fibre de rassembleur

Plus qu’un chanteur, j’ai rencontré un homme engagé et généreux. Il est présent, vous regarde dans les yeux avec sensibilité. C’est un personnage coloré et profondément branché sur les valeurs humaines.

D’ailleurs, à la pause et à la fin de ses spectacles, ne le cherchez pas. Il est quelque part dans la foule à serrer des mains et à échanger. « Pour moi, le public c’est comme une grande famille. La maison de mes parents était des portes ouvertes. Le frigo était plein ainsi que la cave à vin. On mangeait et y faisait la fête. » C’est ce type d’atmosphère que cet artiste désire perpétuer en tournée. Des moments festifs, joyeux, où tout le monde peut s’amuser, peu importent ses origines culturelles. « Il y a une place pour tout le monde », dit-il. « Je souhaite toujours que les gens se lèvent, frappent dans leurs mains et dansent comme dans un grand party de famille […] J’ai appris que nous pouvions être différents et nous apprécier. La richesse de notre société est dans l’union des cultures. » Pour lui, pas question de politique, mais plutôt d’améliorer le tissu social. « Je tiens juste à rendre le monde meilleur, à ma façon. J’aime apporter ma contribution comme je peux. » En plus de son horaire bondé, il trouve le temps pour soutenir des causes sociales. Il est d’ailleurs le porte-parole d’organismes sans but lucratif dédiés à l’intégration de personnes handicapées à Montréal.

Des projets à venir?

« Je travaille actuellement sur deux nouveaux albums qui verront le jour en 2019 ». L’un d’eux soulignera mes 30 ans de carrière. « Je sais que ma musique ne fait pas la une des postes de radio. Mais quand j’arrive dans une ville, je ressens l’accueil chaleureux des gens et leur goût d’être animé par la musique rythmée italienne. C’est ce qui compte pour moi! »

Même avec un horaire hyper chargé, ce sympathique chanteur semble avoir du temps en banque pour animer une émission de radio. On le retrouve en ondes au 1280 AM (CFMB) tôt le matin.

Ce n’est rien de moins qu’un ambassadeur italianisé, ce Marco Calliari. Ciao ciao! Et que la foule s’anime!

Pour en savoir plus, voici des liens…

À mettre à votre agenda, le Pizza Fest, qui se déroulera les 4 et 5 août prochains.

www.pizzafest.com

cfmbradio.com

www.marcocalliari.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de