Étoiles filantes

Par Journal Accès
Étoiles filantes

Espacegriffé

par JOSÉE PILOTTE
 
L’été, c’est fait pour «glander», ici ou ailleurs, mais surtout avec un horaire le moins chargé possible. Tout est permis, même les sundaes au chocolat. Un petit plaisir coupable parmi tant d’autres.
L’esprit de vacances, c’est divin. Avoir la sensation de liberté, d’insouciance, de délinquance même, c’est le bonheur, le mien. Un pur moment d’extase.
Prendre le temps. Le regarder passer, même, mais surtout s’en libérer pour mieux sentir le vent qui souffle et regarder les vagues qui se brisent sur la plage. Se traîner les pieds dans le sable chaud et parfois se les accrocher au petit bar du coin à manger des sashimis de thon, accompagnés d’un blanc bien frais.
Mes vacances d’été, je les passe toujours en famille, ce qui ajoute une couche supplémentaire à mon bonheur. Cette année, nous sommes partis toute la tribu, même qu’elle a grandi, notre tribu, puisque les «blondes» de mes fils sont venues surfer la vague à Maui avec nous. Oui, je sais, Maui, juste lire le mot, ça fait rêver.
À chacun de nos voyages, les gens me disent: «Ils sont dont bien chanceux, tes fils, de vivre ça, j’espère qu’ils le savent… »
Oui, ils le savent.
Mais au-delà de ça, c’est moi la grande privilégiée qui partage des moments précieux avec eux, d’autant plus qu’ils daignent encore nous suivre au bout du monde, malgré leur majorité. Et honnêtement, je me considère comme chanceuse d’être plus que juste «l’obligation» du souper du dimanche soir pour eux; je veux partager des passions qui nous relient.
À travers ces voyages, j’aime par-dessus tout nous voir ainsi profiter de la vie, les yeux fixés sur l’horizon, chacun dans nos rêveries. J’aime nous voir tous ensemble comme ça, respirer la vie. Et puis, n’est-il pas vrai que le voyage est une pause du «métro, boulot, dodo» qui nous accable la majorité de notre temps?!
Le voyage, c’est une multitude de parenthèses qui rendent heureux. Une boîte à souvenirs que tu remplis et qui, lorsque tu l’ouvres, te fait sourire. Eh oui, je sais que c’est aussi un énorme privilège, et je remercie le ciel chaque fois pour ça.
Et cette année, Maui nous en a mis plein la vue. Quelle merveille! Je me dis que le Bon Dieu existe vraiment pour créer tant de beauté. Ce n’est pas mêlant, je ne sais pas si c’est l’âge, mais plus je vieillis, plus je m’émerveille et je braille pour des petits riens.
Mes parents ne m’ont jamais emmenée en vacances à Maui. Le plus loin que je me souviens d’être allée, enfant, et ce ne fut qu’une seule fois, c’était aux chutes du Niagara pour faire du camping.
Je m’en rappelle comme si c’était hier: les préparatifs, la frénésie entourant ce voyage, oh! boy, que j’étais énervée!
Non, mes vacances, je les ai majoritairement passées dans la cour arrière de ma grand-mère et on se considérait comme «ben» chanceux d’avoir une belle piscine hors terre!
On passait nos étés en maillot de bain, du matin au soir. C’était la grande liberté. Notre gros fun était d’aller s’allonger sur le trottoir en face de la maison.
On étendait nos serviettes et on se faisait bronzer la couenne en regardant les chars passer, avec les passants qui devaient nous enjamber.
On ne se posait pas de questions. On était heureux, pis l’asphalte sur la 70e Avenue à Chomedey, Laval PQ, était chaud et rassurant pour des kids comme nous. Entre deux saucettes, on courait au coin de la rue chez Perrette s’acheter un Mini-Sip aux raisins.
Ce sont mes souvenirs de jeunesse. Et honnêtement, j’ai le sourire heureux quand j’y repense.
Ce n’est pas tant la destination qui est importante que les moments de qualité passés en famille ou entre amis, et qui nous marquent à jamais.
Cette sensation d’insouciance, la liberté d’exister sans contraintes, sans horaire, sans responsabilités autres que de courir au dépanneur s’acheter un Mini-Sip… Autant de souvenirs gravés à tout jamais, juste là, en plein cœur.
Tout comme ce bleu de la mer, le surf et le sable au chemin infini… des rires, du bonheur en écho aux vacances…
Ce vent, cette lumière, ce ciel étoilé… Ah! les étoiles vues du haut du volcan Haleakala, nous rappelant combien notre vie est une étoile filante dans ce ciel infini.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de