Les fleurs comestibles, fabuleuses

Par Journal Accès
Les fleurs comestibles, fabuleuses

Christiane Lacoste, naturopathe N.D. – L’été, le jardin fait partie intégrante de notre cuisine. On y retrouve des fruits, des légumes, des herbes aromatiques, mais aussi des fleurs comestibles. Décorer une assiette avec des fleurs est un vrai plaisir. Il n’y a rien de tel pour embellir la présentation d’un plat, car rien n’égale les fleurs. Cependant, peu de fleurs comestibles ont un goût qui sort de l’ordinaire. Le goût de la plupart d’entre elles peut être neutre, tout comme on comparerait la laitue iceberg aux autres laitues par exemple.

Les fleurs ont toujours été cultivées pour leurs vertus médicinales et, autrefois, on consommait les fleurs soit fraîches dans les salades, soit en infusion, soit confites dans le sucre. Elles ont été délaissées un temps, mais reprennent de plus en plus de popularité.
Depuis toujours, les fleurs ont eu un attrait culinaire. Les Romains aimaient beaucoup la bourrache et le souci. La rose, reine des fleurs, était à l’honneur : les rois du Moyen-Âge se régalaient de roses et déjà dans l’Antiquité, Cléopâtre macérait des pétales de rose dans de l’huile et appliquait le mélange sur son visage pour préserver sa jeunesse. Les Arabes, quant à eux, misaient sur l’eau de rose pour se nettoyer et se parfumer et, maintenant, l’eau de rose occupe une place d’honneur dans la cuisine turque où elle sert à parfumer les desserts et les boissons.
Vous serez surpris de constater que dans notre alimentation actuelle, on utilise déjà plusieurs produits de fleurs.
Le clou de girofle est le bouton floral séché du giroflier, le précieux safran est produit avec les minuscules stigmates séchés d’une fleur de crocus et le pigment jaune naturel des fleurs de souci constitue un substitut économique au safran.
Cependant, quelques-unes sortent de l’ordinaire en ce qui a trait à leur intérêt culinaire. Les herbes fraîches que nous connaissons bien comme le basilic, la ciboulette et la coriandre fleurissent de très jolies et très bonnes fleurs comestibles. Leur goût est délicat et il est préférable de les utiliser entières et lorsqu’elles sont encore fraîches. On peut facilement les intégrer à nos salades, mais aussi à nos vinaigrettes, ou des gelés, des trempettes, des sauces et des plats de toutes sortes.
La capucine (feuilles, fleurs et fruits) est comestible. Sa saveur est poivrée et quelque peu acidulée. Les feuilles et les pétales émincés rehaussent toutes les salades et les préparations de riz. Les boutons de capucine marinés remplacent les câpres et les graines mûres, séchées et moulues sont un substitut du poivre.
La monarde, la capucine ou le géranium odorant aromatisent merveilleusement bien les beurres. Il suffit de mélanger un beurre ramolli non salé ou un beurre de coco avec des pétales finement hachés. Façonnez un cylindre et conservez la préparation au congélateur jusqu’à l’usage.
Les fleurs de légumes sont aussi des petits trésors à ne pas oublier. Les fleurs de brocoli sont très appréciées et les fleurs de courges, qui sont très populaires en Italie et dans le sud de la France, sont sans doute les fleurs comestibles les plus connues. Les fleurs de roquette et de pois sont également délicieuses et gagnent à être connues.
Congélation : certaines fleurs se congèlent très bien comme les pétales de monarde, de souci ou de ciboulette. Il suffit d’étaler les pétales ou les fleurs sur une plaque à biscuit et de congeler. Une fois congelées, conservez-les dans des contenants rigides pour éviter de les endommager. Imaginez le plaisir de vos convives lorsque vous les utiliserez en plein mois de janvier pour décorer un plat!
Cristallisation : Cristallisées, elles décorent joliment gâteaux et tartes. Séchées et infusées, certains permettent d’obtenir de délicates tisanes et des thés très aromatisés.
Il est intéressant de connaître les fleurs comestibles, mais encore plus important de savoir quelles fleurs ne le sont pas.
Voici une liste partielle de fleurs non comestibles et dont certaines sont toxiques : l’aconit, la pervenche de Madagascar, le muguet, le delphinium ou pieds-d’alouette, les cœurs saignants, le digitale, les poinsettias, le jasmin de Caroline, la glycine, l’iris, les lupins, les jonquilles, les rhododendrons et les azalées.
Il est essentiel d’acheter des fleurs dites comestibles sans interventions de produits chimiques quels qu’ils soient.
Laissez-les pousser tout naturellement et croquez-les dès qu’elles fleurissent.
Utilisées en alimentation ou en décoration, les fleurs sont tout simplement fabuleuses!
 

Coup de coeur

Le sureau noir est un arbuste dont les baies, mais surtout les fleurs et l’écorce, sont utilisées depuis l’Antiquité en phytothérapie pour traiter différents maux comme la fièvre, les irritations buccales et les infections respiratoires responsables des rhumes, toux grasses, sinusites, grippes, etc. Les fleurs contiennent une remarquable concentration en fer, flavonoïdes et caroténoïdes, acides aminés et tanin. Le sureau possède également des propriétés diurétiques, laxatives et antirhumatismales. Un incontournable sirop pour prévenir et traiter les rhumes en tout temps.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de