pub de recyclage
|

Soutenir un fermier de famille pour faire face à la crise économique

Par Éric-Olivier Dallard

L’Agriculture soutenue par la communauté

Avec l’arrivée du printemps et la crise économique qui sévit, Équiterre invite les citoyens des Laurentides à soutenir un fermier de famille et ainsi recevoir un panier hebdomadaire de fruits et légumes cultivés dans le respect de l’environnement. Avec 17 points de chute dans la région, le réseau d’Agriculture soutenue par la communauté (ASC) permettra, encore cet été, à plus de 1800 résidants des Laurentides d’avoir accès à des produits frais et locaux tout en développant un lien direct avec un agriculteur de leur région.

Chaque semaine, cinq fermes cessent leurs activités au Québec. Pourtant, si chaque consommateur achetait à chaque semaine 20$ supplémentaires de produits du Québec, plus de 100 000 emplois seraient créés chez nous. «L’Agriculture soutenue par la communauté est un commerce direct qui permet aux fermes, souvent de petite taille, de bénéficier de 100% du montant investi par les citoyens, et ainsi, de créer ou de conserver des emplois en agriculture», explique Isabelle Joncas d’Équiterre, qui ajoute que près des trois quarts des légumes biologiques consommés au Québec sont importés.

Une carotte qui goûte… une carotte!
«Lorsque les citoyens deviennent partenaires d’une ferme du réseau, ils s’assurent de recevoir des aliments 100% savoureux, locaux et exempts de pesticides. En ASC, les produits sont récoltés la journée même ou la veille de la livraison; ils ont donc un goût incomparable car ils sont récoltés à maturité. On redécouvre ce que goûte véritablement une carotte de jardin! Il faut aussi garder en tête les avantages de manger des aliments sans pesticides. Quand on sait que la quantité de pesticides contenue dans le corps des enfants provient à 80% des pesticides présents dans l‘alimentation, on se rend compte aisément de l’importance de faire les bons choix», conclut-elle.

Une formule appréciée du public

Les gens apprécient connaître la provenance des aliments qu’ils consomment. «Habitant en ville, le lien direct avec le fermier permet à ma famille de garder un contact avec la réalité de la campagne. Étant de nouveau enceinte, je compte renouveler l’expérience des paniers de l’ASC cet été. Ça me rassure de connaître la provenance des aliments que moi et mon bébé consommons. Un corps et une planète en santé, c’est un héritage qui n’a pas de prix», explique Marie-Eve Plamondon, partenaire d’une ferme de l’ASC.

Facile d’adhérer à la formule

Le principe de base de l’ASC est que le citoyen s’engage à l’avance auprès de la ferme en achetant au printemps sa «part» de récolte qui lui sera livrée à l’été et à l’automne. Ainsi, le citoyen et la ferme partagent ensemble les risques et les bénéfices de la saison à venir. Différents formats de paniers sont disponibles fournissant chaque semaine aux partenaires entre 6 et 12 variétés de légumes pour une période allant de 12 à 22 semaines. Des viandes d’élevage biologique et autres produits sont aussi disponibles sur demande auprès de certaines fermes du réseau.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.

Événements à venir

Aucun événement restant pour Juin