Gel du projet du centre commercial à Piedmont

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Gel du projet du centre commercial à Piedmont

Le conseil de MRC reporte le vote

On se souviendra que le projet d’un méga centre commercial en lieu et place des anciennes cascades d’eau de Piedmont a commencé à s’ébruiter au printemps dernier et que le dossier est devenu un enjeu électoral aux dernières élections municipales à Piedmont.

Thomas Gallenne – Coup de théâtre lors de la réunion du conseil des maires de la MRC des Pays d’en-Haut qui se tenait ce mardi. La question du projet de règlement de contrôle intérimaire (RCI) a été retirée de l’ordre du jour à la demande des 10 mairesses et maires qui composent le conseil de la MRC.

On se souviendra que le projet d’un méga centre commercial en lieu et place des anciennes cascades d’eau de Piedmont a commencé à s’ébruiter au printemps dernier et que le dossier est devenu un enjeu électoral aux dernières élections municipales à Piedmont. Et si l’administration piedmontaise considère ce projet comme en étant un local qui ne concerne que des intérêts privés, ce n’est pas l’avis de certains opposants et d’acteurs importants du développement de la région, qui s’interrogent sur le bien-fondé de ce projet. Ce projet répond-t-il aux besoins réels des résidents de la région, et surtout, colle-t-il véritablement aux valeurs qui définissent la région? Ce sont les questions que s’est posé le préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut Charles Garnier. Ce dernier admet que ce projet commercial dépasse les limites municipales de Piedmont et que s’il voit le jour, il aura un impact régional.

«Si le projet commercial de la sortie 58 à Piedmont est un enjeu de taille supralocale et même régionale, il le serait tout autant s’il était situé aux sorties 64, 67 et 69 de Sainte-Adèle, ou ailleurs sur le territoire de la MRC», avance-t-il. M. Garnier pousse même la réflexion: «Avons-nous besoin de commerces régionaux à grandes surfaces ? Nous sont-ils nécessaires? Serait-il avantageux d’avoir près de chez-nous un Brault & Martineau, un Walmart, un Canadian Tire, ou encore un centre d’achats grande surface du type Carrefour du Nord?» Un RCI donnerait le temps nécessaire pour étudier la question et permettre à la MRC de prendre une décision éclairée.

 

Un outil de gel

Charles Garnier reconnaît que le zonage est de juridiction municipale. «Mais cette juridiction doit s’exercer en tenant compte de l’engagement pris par le conseil des maires de la MRC, de créer et maintenir des conditions propices au développement économique des Pays-d’en-Haut et ce dans le respect de ses entrepreneurs, mais aussi de ses résidents», rappelle le préfet.

 

Ce dernier pense que la MRC ne peut garder le silence face à ce projet. «On se doit d’agir dans l’intérêt de la population et d’adopter un règlement de contrôle intérimaire (RCI) qui nous permettrait d’étudier, d’analyser et finalement de légiférer afin de limiter les grandes surfaces, en imposant un maximum de superficie de plancher, explique M. Garnier.

Pétition de 1300 noms

En septembre dernier, un groupe de citoyens menés par Louise Guertin, les Piedmontais avertis avaient fait circuler une pétition. Selon le libellé, ce groupe de citoyens indiquait être «en faveur d’un développement à échelle humaine, respectueux d’un environnement le plus près de la nature possible. Nous sommes contre le projet d’un méga centre d’achats régional à l’emplacement des Cascades d’eau qui aura pour impact:

• de rendre la circulation difficile pour les résidents

• d’affecter la qualité de vie de tous les résidents de Piedmont et plus encore pour les résidents des rues attenantes au site

• de rendre vulnérable les commerces locaux (MRC) en diminuant leur achalandage et l’offre de service à échelle humaine.

 

Cette pétition fut présentée au conseil de Piedmont du 3 septembre dernier. «Le conseil municipal de Piedmont l’a rejetée0 sous pretexte que parmi les signataires, certains résidaient en dehors de Piedmont, indique Mme Guertin. Mais nous voulions que cette pétition soit ouverte à la MRC, car ce projet aura un impact au-delà de notre territoire municipal. Louise Guertin avait donc l’intention de revenir à la charge lors du conseil des maires de la MRC des Pays-d’en-Haut ce mardi, si le projet de RCI n’était pas adopté.

 

 

Extrait du projet de RCI

Le projet de règlement de contrôle intérimaire vise à suspendre temporairement l’implantation de nouveaux centres commerciaux et de nouvelles «grandes surfaces» sur l’ensemble du territoire de la MRC des Pays-d’en-Haut en attendant les conclusions d’une étude portant sur le portrait commercial des municipalités de la MRC des Pays-d’en-Haut. Un portrait qui vise, d’une part, à dresser un bilan commercial de l’offre et de la demande pour chacune des municipalités et villes afin de mieux connaître les surplus commerciaux et les fuites commerciales et, d’autre part, de bien cibler, de façon stratégique, les futurs sites d’implantation des centres commerciaux et des nouvelles «grandes surfaces» et d’établir des critères d’implantation.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de