« Hearts in the Ice » : C’est un départ !

par Pascale Lortie
« Hearts in the Ice » : C’est un départ !
Débarquement de la motoneige électrique.

 

Le 13 septembre dernier, une centaine de personnes venues d’Europe, du Canada, des États-Unis, d’Australie, du Guatemala, de la Colombie et de Cuba sont montées à bord du Nordsjernen amarré au port de Longyearbyen, la ville la plus peuplée du Svalbard avec ses 2500 habitants. Les deux dernières furent Sunniva et Hilde, car bien qu’elles aient mis deux ans à préparer l’expédition « Hearts in the Ice », il reste toujours quelques trucs de dernière minute à régler…

Nous avons pris le large en fin de journée pour arriver dès l’aube au Bamsebu, leur refuge pour les neuf prochains mois.

Un groupe de passagers dont moi-même avons franchi la rive et, après une brève visite des lieux, formé une chaîne humaine pour décharger le matériel nécessaire à l’expédition : eau, vivres, boissons, vêtements, accessoires de cuisine, quelques meubles à assembler (IKEA, bien sûr), panneaux isolants, essence, bioéthanol, une niche pour Ettra, la chienne husky qui les avertira de la présence éventuelle d’ours polaires, un petit sauna à construire sur place et tout le matériel nécessaire à la collecte et à la transmission de données : éprouvettes, microscope, drone, ordinateurs, téléphone satellite…

Le plus périlleux fut le débarquement des deux motoneiges, dont une électrique. Le tout sera récupéré au terme du séjour.

Hilde Falun Strom, Joss Stone et Ettra.

L’opération s’est déroulée sous la protection de deux guides armés, car à tout moment un ours blanc peut faire son apparition et sa puissance est impitoyable. Le documentariste norvégien Halvor Mykleby était sur place pour capter en images ces instants inoubliables.

Il retournera au Bamsebu en mars, en pleine nuit polaire, pour rendre compte de l’avancée du projet.

De retour sur le bateau, nous avons navigué pendant trois jours, visité les environs, fait connaissance et festoyé en compagnie de la pétillante Joss Stone qui nous a offert deux prestations mémorables (je dois dire qu’il est assez rigolo de prendre un verre avec une bande de docteurs en sciences!).

Le 17 en fin de journée, nous disions tous au revoir à nos deux aventurières dans la plus grande émotion. J’avoue m’être sentie un peu intimidée mais surtout extrêmement privilégiée d’être entourée de tant d’experts pendant quatre jours. A force de discuter avec eux, je me suis rendu compte que ce sont des humains avant tout, pleinement conscients des extrêmes dangers qui nous menacent et passionnément engagés à mener le combat contre les changements climatiques.

Les guides armés ont repéré un ours polaire au loin.

Ce qui m’a surtout frappée chez eux, c’est leur optimisme indéfectible, car après tout l’inverse est pour eux inenvisageable et aussi parce que les choses les plus importantes de la vie n’ont qu’une très faible empreinte environnementale : l’amour, l’entraide, la famille, les amis, l’art, les marches en forêt… et j’en passe.

J’ai hâte de vous en présenter quelques uns dans mes prochains articles.

Joignez-vous au dialogue !

www.heartsintheice.com

Facebook : heartsintheice

Par Pascale Lortie
Pascale.lortie@live.fr
9 mois en artique

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de