Il faut de l’aide adaptée aux industries touristiques et saisonnières selon Marie-Hélène Gaudreau

Par Production Accès
Il faut de l’aide adaptée aux industries touristiques et saisonnières selon Marie-Hélène Gaudreau

Marie-Hélène Gaudreau, députée de Laurentides–Labelle, exige, pour les industries touristiques et saisonnières, une aide adaptée à leur réalité particulière.

« Nous avons, par exemple, demandé au gouvernement d’aider les entreprises qui doivent assumer des frais fixes. Un programme de soutien aux loyers a été mis sur pied. Cette mesure s’applique très mal à l’industrie touristique. L’hôtellerie, les sites touristiques, comme les parcs thématiques, ne paient pas de loyers, mais ils ont cependant des hypothèques à payer et d’autres coûts d’entretien à assumer. Ce programme doit aller au-delà de la vision restrictive de soutien aux loyers », explique Marie-Hélène Gaudreau.

« C’est l’industrie de l’exploitation forestière qui est saisonnière, non pas les travailleurs. Il est nécessaire de soutenir notre monde en leur garantissant qu’une fois la saison passée, quoi qu’il arrive, ils auront accès à l’assurance-emploi pour pouvoir subvenir à leurs besoins jusqu’à la prochaine saison. La PCU doit être un moyen de qualification à l’assurance-emploi, et ce, jusqu’à la prochaine saison », propose la députée.

Les acteurs de l’industrie touristique, tout comme ceux de l’industrie saisonnière, ont aussi besoin d’aide pour l’application des mesures sanitaires, notamment pour l’achat d’équipements et la formation pour les employés. Le soutien financier est également une des grandes difficultés à laquelle ils doivent faire face; notamment pour les entreprises dont la masse salariale est inférieure à 20 000 $, puisque le programme de prêt de 40 000 $ ne s’applique pas.

« Plus de 26000travailleuses et travailleurs dans les Laurentides sont reliés à l’industrie touristique, qui génère 900 M$ dans l’économie québécoise, avec quelques 2500 entreprises. Plus de 80 % d’entre elles se trouvent dans la circonscription de Laurentides–Labelle, ce qui en fait une activité majeure sur notre territoire. Je rappelle également que les Hautes-Laurentides sont en quelque sorte la troisième région touristique en importance après Montréal et Québec », conclut la députée de Laurentides–Labelle, Marie-Hélène Gaudreau.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de