Insouciance et ignorance

Par Mimi Legault
Insouciance et ignorance
mimilego@cgocable.ca

Une amie Marie, pure Montréalaise, est conseillère bancaire depuis quelques années. En visite dans les Laurentides, lors d’un 19e trou au golf, elle m’a confié ce que je crains depuis des années. Ses clients ne savent pas compter. Mais ils sont passés maîtres dans l’art d’emprunter.

Depuis que le gouvernement Trudeau a lancé la PCU (prestation canadienne d’urgence), une bonne majorité d’entre eux se sont sentis soudainement riches. Certains ont désiré s’acheter une roulotte et un bateau. D’autres, ont capoté et faute de partir en Europe ou à Cuba, ont acheté une piscine ou se sont lancés dans des rénos coûteuses. C’est la pensée à court terme et le paiement à long terme. J’vous dis… Il aurait fallu que Trudeau leur dise : aie ho, ce n’est pas un cadeau, c’est un prêt, c’est im-po-sa-ble. Capiche? Marie est découragée de tant d’insouciance. La plupart ont choisi de s’offrir un petit quelque chose au lieu de mettre leurs sous de côté pour en avoir devant eux lorsque la pandémie frappera encore plus fort. Ben non, l’Homme est pendu aux mamelles de l’État et se tourne vers lui lorsqu’il est à sec et qu’il lui faut du liquide.

On oublie souvent que le gouvernement n’a pas un sou et que s’il promet de l’argent, il faudra qu’il vienne le prendre dans nos poches. Certains me répondront qu’il faut faire circuler l’économie. Peut-être, mais un budget, ce sont deux colonnes : une rentrée d’argent et une dépense. Tout l’monde le fait, fais-le dont! Ben oui, conduis-toi en mouton, mais ne t’étonne pas de finir en côtelette! Comprenez-moi bien. En soi, ce n’est pas mal de s’offrir de belles choses sauf qu’il faut en avoir les moyens.

Le fils de l’une de mes amies avait 16 ans. Un jour, sa mère le voit arriver avec un pantalon de cuir rouge assez sexy, merci. Sa mère lui demande combien lui a coûté la chose. 150$ avait-il répondu. Très bien, avait répondu la maman, à partir d’aujourd’hui, tu vas me donner vingt dollars chaque semaine. Fiston était d’accord. Maintenant qu’il a le double de son âge, je vous laisse calculer à combien s’élève son pécule à 1000$ d’économie par année. N’oubliez pas les intérêts. C’est pour ça que je ne blâme pas les folles dépenses des gens tout simplement parce qu’on ne leur a pas appris l’économie. Ils ne savent pas. Mais il n’est jamais trop tard pour apprendre, voilà une bien bonne nouvelle. On devrait proposer des cours d’économie dès le secondaire à la Pierre-Yves McSween ou du moins, je leur ferais lire son livre : En as-tu vraiment besoin? Le premier à qui je l’offrirais serait Justin Trudeau. Au fond, il a compris la game : il est de l’intérêt du loup que les moutons soient gras et nombreux. Tenez, je vous donne un petit truc qui a plutôt bien marché. Prenez-le c’est gratuit… Lors de leur adolescence, des amis avaient décidé que leurs deux marmots géreraient eux-mêmes leurs dépenses côté vestimentaire. Chaque saison, un montant leur était alloué. Libre à eux de tout dépenser pour un seul item, mais ils devaient alors se débrouiller pour travailler s’ils étaient à sec. Cela a fonctionné. C’était une façon de leur démontrer que tout était gratuit jusqu’à la caisse…

Lors d’un souper, Justin et François Legault se retrouvent à la même table au restaurant. Justin dit à François : je laisse toujours un bon pourboire aux serveuses et je leur demande de voter pour moi. Alors M. Legault lui répond : moi je leur laisse 25 cents et je leur demande de voter pour toi Justin…

J’aime bien observer l’écureuil qui amasse ses noisettes et qui reconnaît qu’à un moment ses provisions sont suffisantes. Serait-il supérieur à l’Humain qui souvent ne parvient pas à fixer des limites à son avidité?…

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Alain Daviault Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Alain Daviault
Invité
Alain Daviault

Vous n’avez aucune connaissance du sujet et vous rapportez des propos…vous ignorez la réalité des familles et des enfants qui ont des besoins différents. Votre diagnostic social est loin d’être lucide.