Je cours après vous

Par Josée Pilotte
Je cours après vous

Cours-tu encore? Combien de fois ai-je entendu cette question posée sur un ton voulant plutôt dire: es-tu encore malade?

Je réponds, donc: vous allez être contents, j’ai changé de maladie, je me suis mise sérieusement au vélo et comme je n’ai pas le temps de tout faire, ben j’pédale et j’cours moins. J’ai donc remplacé mes quatre sorties de course à pied par semaine par quatre sorties de vélo. En fait, la maladie s’est aggravée, elle s’étend maintenant au vélo de montagne…

Ainsi mon cœur balance entre les trois (vélo de route, de montagne, et course à pied) et je peux vous dire qu’il pompe en ti-pépère!

Y’a autre chose qui me fait pomper, c’est quand certains s’acharnent à voir tout en noir, un noir qui noircit même les plus belles initiatives…

Je vous rappelle qu’Accès a lancé avec la firme Comunic le concours Les Laurentides dont je rêve… Êtes-vous donc surpris, chers lecteurs,

d’apprendre que certains de nos élus se sentent menacés par notre initiative? Êtes-vous surpris d’apprendre que, selon les «ragots du village», certains de nos élus auraient peurs qu’un tel projet leur fasse ombrage? Qu’on fasse leur job à leur place?

Je les rassure tout de suite: nous n’avons pas l’intention de nous présenter à la mairie. En ces temps où nous sommes tous blasés et cyniques de la politique en général, j’aime mieux ma chaise que la leur. Mais. Si j’étais politicienne, je me réjouirais d’un tel projet qui en redonnant accès à la place public et au débat polique, redonne confiance aux citoyens. Comme l’écrit le préfet Charles Garnier au sujet de notre initiative: « Ça ne peut que revaloriser la fonction d’élu».

Je vous rappelle, chers lecteurs, qu’on vous offre la chance de cesser de n’être que spectateur pour naître ACTEUR, chose qui avouez-le est plutôt rare de nos jours. Si vous lisez Accès, c’est que vous êtes déjà engagés: je vous invite donc à poursuivre cet engagement en vous impliquant dans ce projet qui selon moi ne peut qu’être bénéfique pour notre région.

Avec vous, «Yes we can!». Avec vous, imposons-nous, crions haut et fort notre vision de nos Laurentides, approprions-nous les prochaines élections, montons sur les tribunes, imposons-nous et imposons le rythme et le ton des prochaines élections!

Pour ça, ça nous prend vos idées pour inspirer une vision à nos élus.

Je le sais, pour vous parler dans la rue, au café le matin, lors de soupers entre amis, que vous avez une opinion sur les Laurentides où nous voulons vivre, les Laurentides rêvées pour nous, nos enfants, nos aînés. Je sais que vous avez une opinion puisque vous râlez plus souvent que vous ne prenez les armes… le stylo je veux dire!

Alors allez-y, écrivez, venez nous le dire, nous serons là pour vous.

Vous savez, j’ose y croire.

Comme j’ose croire à l’un de mes rêves à moi pour notre région: je rêve d’un mode de vie qui prend racines dans des concepts comme la famille, la santé, le sport; des concepts qui prendraient forme dans la protection, le développement et la mise en valeur de nos espaces verts et de nos sentiers. Je rêve que nos enfants puissent se rendre en marchant ou à vélo à l’école, je rêve l’accessibilité de nos villages en vélo en toute sécurité. Je rêve d’une population éduquée et sensible à la cohabitation des espaces et des modes de déplacement. Je rêve aussi de culture… mais puisque que notre société est de plus en plus malade et que nos enfants ont des maladies de vieux, pourquoi ne pas leur offrir ce mode vie? Et puisque que les écoles ne laissent plus de place ni aux sports, ni aux garçons, les Laurentides pourraient, par ces idées dont je rêve, leur dire: «Va jouer dehors!»

Quand je pars parcourir les sentiers en vélo de montagne avec mon ado, je me sens privilégiée de partager un moment de passion avec lui. Quand je le vois voler au-dessus des roches et des racines je me dis que j’aimerais bien moi aussi apprendre à voler au-dessus des roches. Parce qu’il y en a de bien aiguisées et de bien traîtres aussi.

Mais je m’accroche à mes pédales et je fonce avec lui vers des lendemains qui chantent!

Exprimez-vous! Allez sur www.journalacces.ca, cliquez sur le bandeau Les Laurentides dont je rêve pour accéder au blogue… et faites-vous entendre!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de