Je suisun écrivain japonais

Par Eric-Olivier Dallard

Dany Laferrière

Il vit à Montréal, il lit Mishima et Basho, il drague des japonaises, il passe sa journée au café, il projette d’écrire un roman ou de faire un film, mais plus particulièrement un roman ou un film à la manière des maîtres japonais et intitulé Je suis un écrivain japonais.

C’est ce qu’il raconte à une journaliste japonaise en tournée dans la métropole québécoise, et c’est ainsi que le scandale éclate à Tokyo. Comment peut-on, quand on vit à Montréal, se prendre pour un écrivain et un cinéaste japonais? Jusqu’à son éditeur, qui l’appelle pour lui dire son mécontentement de ne pas avoir reçu ce roman qui l’a déjà rendu célèbre sur les rives du Pacifique. Dany Laferrière est ici plus que jamais fidèle à lui-même. Fête de l’intelligence et des sens, Je suis un écrivain japonais est une célébration de la littérature et du plaisir, des femmes et des écrivains, dans l’ordre et dans le désordre. C’est également une réflexion sur l’identité, sur la célébrité instantanée et sur la solitude de l’écrivain, ainsi qu’un hommage à la littérature japonaise.

Dany Laferrière

Je suis un écrivain japonais
Éd. Boréal, 2009

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de