Johanne Fontaine, l’intemporelle

Par Diane Baignée
Johanne Fontaine, l’intemporelle

Le 4 avril 2015 était le jour de mon premier échange avec Johanne. Je la sollicitais pour devenir porte-parole d’une activité du Fonds Joe Omobono et Julien-Ferrari de lutte contre le cancer colorectal. Elle s’était dite touchée par la cause, étant elle-même aux prises avec ce type de cancer. De plus, elle savait que j’avais perdu mon fils Julien, alors âgé de 32 ans, de ce même type de cancer. C’était un cancer très fulgurant. Tellement généreuse, Johanne accepte avec la plus grande spontanéité.

Rencontre avec une femme d’émotion

Quelques autres activités m’ont permis de mieux connaître cette femme aux mille et un projets. Je peux vous dire qu’une journée passée avec Johanne Fontaine, c’est marquant. Après quelques heures à effectuer du repérage de salles pour un projet de conférences, nous avons terminé notre course au Adèle Bistro, à Sainte-Adèle, avec vue sur le lac Rond. Confortablement assises, nous profitons du moment présent. C’était une journée d’été magnifique.

Devant une bonne sangria blanche, c’est l’effervescence d’idées sans limites et le moment de faire le bilan de la journée. L’éloquence des propos, un humour bien ficelé et une générosité expansive formèrent la toile de fond du caractère de cette battante qui ne fléchit devant rien. Notre discussion s’anime et des fous-rires s’enchaînent.

Johanne Fontaine, c’est un expresso bien corsé… sans filtre, goûteux, mais bien serré. Johanne Fontaine, c’est une grande fan des Laurentides. Elle quitte le béton de son appartement du nord de Montréal pour venir y faire le plein d’énergie et de zénitude, pour faire le « switch », comme elle dit. D’ailleurs, elle savoure tous les moments où elle se retrouve sur un plan d’eau.

Quelque temps plus tard

Question de timing, nos objectifs ont pris leur propre chemin. Par hasard, nous nous sommes croisées le 20 juin dernier, à la première de la pièce Le Concierge au théâtre Gilles-Vigneault. Du fond de la pièce, j’entends mon nom s’écrier. Bien affaiblie, Johanne est là, canne de support à la main. Quoique bien malade, l’odeur des planches et le jeu des acteurs l’animent toujours autant.

Contentes de se revoir. Quelques phrases échangées. Nous nous sommes dit qu’il serait agréable de faire une petite entrevue cœur à cœur. Oui, bien sûr, dit-elle.

Quelques semaines passèrent… Juste un court échange écrit. « Je pense souvent à toi… souhaiterais-tu toujours faire une entrevue? »  Déjà, elle disait ne pas aller très bien. Que ses jambes ne la supportaient plus. Son horaire était déjà bien rempli par des entrevues pour la radio et la télé entre deux journées de sommeil et de repos. Johanne aime être devant les caméras, c’est un besoin vital, dit-elle. C’est ce qui la rend vivante.

Lors d’un de ses « coucous», sur vidéo, Johanne se permet de faire des confidences. Elle avoue que ses huit années à vivre avec un cancer, de phase quatre, lui auront permis de réaliser qu’elle ne s’aimait pas avant. De plus, ces derniers temps, elle dit comprendre l’importance d’accepter et de demander un quelconque soutien. Des réflexions qui font réfléchir, qui touchent le cœur des gens. Toutes ses vidéos plus intimistes les unes que les autres sont émouvantes.

Johanne garde la tête haute quoique ses douleurs et sa fatigue l’accablent. Johanne, c’est le besoin d’exprimer, de s’entourer, d’inspirer, de donner, de se savoir aimée, surtout. C’est une femme qui aime vibrer et faire vibrer les autres. Elle ne laisse personne indifférent.

Comme un papillon bleu

Faire une entrevue? «Oui, quand je pourrai. »

Mais devant cette grande fatigue qui l’habite, je lui fais comprendre qu’il vaudrait mieux laisser aller cette formalité. Nous avons échangé quelques mots affectueux. Tout était bien comme ça.

Quelques minutes plus tard, je lis: « Nous ferons une entrevue. » Cette phrase suivie d’un papillon bleu. Renaissance, transformation, c’est la symbolique. Elle est déterminée… c’est peu dire.

Intemporelle

Il n’y a pas eu de suite, pas d’entrevue. Je me suis dit que ce papier s’écrirait avec tout ce que je connais de cette lumineuse et généreuse dame. Je le fais en l’honneur de sa passion pour la vie.

Johanne traverse le temps, nous laisse des messages, des leçons, ses impressions. Elle nous apprend que peu importe la séquence du film de notre vie, l’amour et la gratitude permettront toujours à l’humain de mieux traverser chaque étape, chaque épreuve.

Il ne faut pas attendre pour se dire de beaux mots. Merci, chère Johanne!

À visiter:  www.facebook.com/johannefontainemotivatrice/

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de