La «caravane du Bloc» s’arrête chez Accès

Par Eric-Olivier Dallard

«Au lieu de prendre leurs responsabilités afin d’aider les gens, Stephen Harper et Michael Ignatieff ont plutôt choisi de former une coalition libérale-conservatrice, une coalition qui va à l’encontre des intérêts du Québec.

Heureusement que le Bloc Québécois est là pour défendre les priorités et les valeurs des Québécoises et des Québécois, a lancé le député de Laurentides-Labelle, Joanne Deschamps, alors que la tournée estivale du Bloc Québécois était de passage dans sa circonscription. Elle était accompagnée à cette occasion de ses collègues Claude DeBellefeuille (Beauharnois-Salaberry), Roger Gaudet (Montclam) et Meili Faille (Vaudreuil-Soulanges).
«Le bilan de la dernière session nous montre que les conservateurs et leurs alliés libéraux ont été incapables d’apporter les réponses aux besoins des Québécoises et des Québécois. Tous deux appuient un plan de lutte à la crise nettement insuffisant et surtout extrêmement injuste pour le Québec. Pour eux, la reconnaissance de la nation Québécoise n’est que purement symbolique et c’est pourquoi ils ont refusé d’accompagner cette reconnaissance de mesures concrètes», a poursuivi la députée de Laurentides-Labelle.
«La dynamique est simple : les conservateurs proposent systématiquement des mesures néfastes pour le Québec et contraires aux valeurs des Québécoises et des Québécois et ils peuvent toujours compter sur le soutien fidèle des libéraux de Michael Ignatieff» a précisé Johanne Deschamps.

Un plan de relance qui ne nous aidera en rien
«Le plan de relance des conservateurs pour contrer les effets de la crise économique ne convient pas au Québec et lui est même néfaste sous plusieurs aspects. Ce plan ne comporte aucune mesure significative pour l’industrie forestière ni pour l’industrie manufacturière su Québec, pas de bonification à l’assurance Emploi et pas d’investissement dans l’industrie verte. Il propose en lieu et6 place de nouvelles coupes en culture, un plafonnement des paiements de péréquation et aucune indemnisation au gouvernement du Québec pour l’harmonisation de sa taxe de vente avec la TPS. Ce plan crée également un organisme fédéral des valeurs mobilières rejeté par le Québec et qui saignera littéralement le secteur financier de Montréal. Or ce plan n’aurait pas pu être mis en œuvre sans le soutien des libéraux de Michael Ignatieff qui a encore une fois sauvé le gouvernement en appuyant les crédits budgétaires», rappelle Claude DeBellefeuille.

Le secteur forestier laissé pour compte
«C’est le Bloc Québécois qui défend à Ottawa l’industrie forestière, alors que les autres partis n’ont d’yeux que pour l’Ontario. Les conservateurs ont laissé tomber le Québec au moment où les travailleurs et les travailleuses de l’industrie du bois connaissent leurs moments les plus difficiles. Malgré les demandes répétées du Bloc Québécois, le gouvernement refuse d’accorder des garanties de prêt à l’industrie forestière. Stephen Harper et son entourage ont misé ailleurs. Ils ont choisi d’aider les secteurs de l’auto en Ontario et du pétrole dans l’ouest et Micheal Ignatieff et ses libéraux se sont contentés d’applaudir. De son côté, le Bloc Québécois a proposé tout un train de mesures s’adressant autant aux entreprises qu’aux travailleurs et les travailleuses, afin de les aider à passer à travers la crise», explique pour sa part Roger Gaudet.
«Le Bloc Québécois s’est porté à la défense des gens qui perdent leur emploi en proposant des améliorations à l’assurance-emploi. À force de persévérance, nous avons obtenu le prolongement des prestations mais c’est toujours insuffisant puisque nos consultations nous ont démontré qu’il est nécéssaire d’abolir le délais de carence, pour procurer à nos travailleurs au chômage un chèque supplémentaire immédiatement disponible. Les Québécoises et les Québécois ne peuvent compter sur les libéraux parce que ce sont eux qui ont sabré dans l’assurance-emploi et pillé des milliards à même sa caisse. Quant aux conservateurs, ils n’ont fait que perpétuer ce régime destiné à priver les travailleuses et les travailleurs de ce qui leur appartient. Le prétendu comité annoncé conjointement par les conservateurs et les libéraux n’est qu’une coquille vise puisque les maigres solutions qu’il entend nous proposer, si solution il y a, sont déjà connues et viendront trop tard», a enchaîné Meili Faille.

Le Bloc, lui, a apporté de vraies solutions
«En s’alliant aux conservateurs, le chef libéral est en train de démontrer qu’il n’a aucune conviction, aucun principe et qu’il préfère défendre les intérêts du Parti Libéral et ses propres intérêts plutôt que d’aider la population et de respecter le Québec. Le Bloc Québécois, lui, a pris ses responsabilités, comme toujours. Nous avons proposé de véritables solutions, qui tiennent compte de la différence québécoise. En refusant de considérer nos propositions, la coalition libérale-conservatrice a clairement démontré sont parti pris contre le Québec», a conclu Johanne Deschamps.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de