La chaussure de course à pied, d’hier à aujourd’hui

Par Production Accès
La chaussure de course à pied, d’hier à aujourd’hui

CHRONIQUE course à pied

En collaboration avec le Marathon P’tit Train du Nord

La première chaussure serait apparue 4 000 ans avant J-C, en Arménie avant d’être popularisée par les messagers romains qui étaient alors uniquement équipés de sandales. Ceci étant dit, il faut attendre la fin du 19e siècle pour voir les prémices de la chaussure de course contemporaine. Au fil du temps, le matériel des souliers a évolué en permanence grâce aux avancées techniques, aux recherches et à l’appui des athlètes de haut niveau.

 

Des tendances (modes) se sont dégagées au cours des dernières années. Comme dans tous les sports, les spécialistes ont cherché à augmenter l’efficacité de la chaussure, en conservant les mêmes qualités de rendement et de confort, et ce, avec un poids moindre.

Un peu d’histoire

En 1890, les pointes sont apparues : Passionné de course, l’américain J.W Foster cherchait inventer un soulier pour augmenter sa vitesse : La chaussure à pointe est née. Matériau : Cuir / Poids : 425g

En 1950, Philip Knight et Bill Bowerman ont l’idée d’importer des chaussures d’athlétisme peu chères du Japon, de les retravailler et ainsi les améliorer. C’est un concept innovant et cela leur suffit pour déposer leur marque : NIKE!

En 1970, des percées scientifiques révolutionnent la conception des souliers de course; par exemple, on introduit une bulle d’air sous le talon afin absorber l’impact au sol.

Les chaussures de course ont bien sûr beaucoup évolué depuis 1970 : chaussures minimalistes, ultra-coussinées, avec contrôle de l’excès de pronation, etc. Aujourd’hui, le coureur a un vaste choix de chaussures, et doit se baser sur des critères spécifiques tels que son poids, la morphologie de son pied, le sol sur lequel il court, et son type de foulée.

Le minimalisme

En 2009, Christopher McDougall III a écrit le livre “Born to Run” qui s’inspire de l’expérience de Micah True auprès des Tarahumaras et qui a été un vecteur important dans la diffusion de l’idée du « courir naturel ».

Dans les années qui suivent, le minimalisme devient une tendance qui prend de plus en plus de place dans la communauté de la course à pied, les coureurs souhaitant rendre la course plus « naturelle ». Au niveau de la chaussure, ceci a eu pour effet principal de diminuer les « drops » pour obtenir un meilleur positionnement du corps.

Controverse

L’utilisation de la chaussure minimaliste est controversée en raison de risques de blessure plus important que dans le cas de l’utilisation de chaussures de course avec un amorti au niveau de la semelle. Par contre, il n’y a pas de consensus sur les bienfaits ou les dommages que pourrait apporter le port de ce type de chaussures aux coureurs.

En plein courant minimaliste, la marque Hoka voit le jour en 2009, en amenant le concept de l’ultra coussinage. Assez décriée par le monde médical, Hoka One One est devenue en 2019 la marque numéro 1 du monde du trail running.

Les plaques en carbone

Plus récemment, en 2018, Nike sort les VaporFly 4%, chaussure avec plaque de carbone associée à une qualité de mousse très spécifique (résilience et légèreté). Elles améliorent l’économie de course chez les athlètes.

De ce fait, chaque compagnie au cours de la dernière année a « innové » en présentant son modèle Carbone: Carbon X chez Hoka One One, Endorphin Pro pour Saucony, Metaracer chez Asics, Brooks Hypérion Élite 2 etc..

Pierre Léveillé, Boutique Endurance 

Partager cet article
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments