La Farandole des arts visuels

Par Journal Accès

Réponse aux attaques de Clément Marcotte

Suite à la parution dans le journal  Accès les 4 et 11 septembre derniers des articles dont l’entête était «Malversation à la Farandole des Arts Visuels», nous affirmons qu’il n’y a jamais eu de malversations de la part de Louise Gagnon et de Lise Tremblay. Toutes les sommes versées ont été dûment approuvées. Dans le journal, Clément Marcotte dit que nous recevons de 80 000$ à100 000$ en subventions par édition. Faux. Nous avons reçu 21 000$ en subvention sur un budget de 65 000$ en 2012.  Le reste de nos revenus nous vient de nos partenaires, des frais d’inscriptions, des 20% de la vente des produits des artistes et des frais d’entrées des visiteurs. Nos frais de représentations en 2010 et 2012  étaient inscrits dans chaque budget provisoire que nous devons fournir aux différents paliers de gouvernements ou aux organismes. Lorsque les symposiums

de la Farandole des Arts Visuels sont terminés, nous devons leurs envoyer nos états financiers. M. Marcotte a parlé et montré à plusieurs personnes à l’extérieur de la Farandole nos états financiers de 2012 qui n’étaient même pas terminés. C’est indigne du secrétaire-trésorier de la Farandole et membre du Conseil d’administration. Nous lui avons alors demandé sa démission. Nous lui avons aussi demandé de se rétracter auprès de ces différentes personnes. Sinon, nous le poursuivrions en justice. Ce qu’il a fait. Nous vous incluons le courriel qu’il leurs a alors envoyé: «Bonjour à vous tous. Je vous ai récemment rencontrées ou appelées pour vous faire part de fraude et d’irrégularité dans la gestion des fonds de la Farandole des Arts visuels de Ste-Marguerite du lac Masson par Lise Tremblay et Louise Gagnon. Ce fut une erreur de jugement de ma part, et je le regrette profondément. Il n’y a jamais eu de fraude ou d’irrégularité de la part de ces deux personnes. Le contact que j’ai eu avec vous était injustifié de ma part, et je vous assure que ceci ne se reproduira plus. Le Conseil d’administration a d’ailleurs exigé que je démissionne en tant que trésorier et membre du C.A. de la Farandole, ce que je fais. Clément Marcotte.» En 2010, pour permettre à la Farandole de démarrer, nous</p>

avons organisé un vernissage des œuvres de  Lise Tremblay où elle donnait 50% de la vente de ses tableaux à la Farandole, soit 6000$. M. Marcotte était rémunéré comme secrétaire-trésorier. En octobre 2012, il nous a envoyé une  facture de 2047,02$ sans aucun détail, facture que nous avons refusée de payer. Il est allé aux Petites créances. En médiation, il a reçu la somme de 900$. Une mise en demeure a été envoyée récemment à Clément Marcotte par le procureur de Louise Gagnon lui demandant de se rétracter de ses allégations dans le journal Accès.

Par Louise Gagnon

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de