La phase 2 de La Metsä passe déjà aux pré-réservations

Par Luc Robert (initiative de journalisme local)
La phase 2 de La Metsä passe déjà aux pré-réservations
M. Louis Massicotte, président et chef de la création chez MultiParcs Attractions, souhaite contribuer à l’ADN touristique des Laurentides avec laMetsa.ca. (Photo : C. Thibault)

Devant le succès inespéré enregistré lors de la pré-réservation des 48 unités de la phase 1, M. Louis Massicotte a décidé d’aller de l’avant avec la phase 2 dès maintenant, soit huit mois plus tôt que prévu.

L’homme d’affaires de Québec s’est dit ébahi par la réponse du public, malgré une publicité télévisuelle limitée.

« L’engouement est très chouette et au-delà des attentes. Les gens sont prêts à investir, d’autant plus que les terrains sont zonés depuis longtemps pour de l’hébergement et de l’attraction touristique. Pour les 48 unités de la phase 1, on parle d’investissements possibles de l’ordre de 30 M$. On vise le profil de clients se situant entre 40 à 60 ans, soit des adultes qui ont encore enfants mais qui aiment la quiétude. Si on va de l’avant, ce sera pour ouvrir un chemin forestier : on ne veut pas de béton en forêt », a tranché M. Massicotte d’entrée de jeu.

« Devant cette forte réponse positive, on est obligé d’ouvrir dès maintenant les pré-réservations de la phase 2, plutôt que d’attendre à juin 2022, selon notre plan de départ. J’ai été surpris de dénombrer pas moins de 4 212 visites d’investisseurs, qui ont consulté notre site internet en un seul mois. Nous allons profiter de la vague, en annonçant dès maintenant à l’antenne du Réseau de l’information (RDI) de Radio-Canada et votre journal », a-t-il dévoilé.

Rassurer les citoyens

Malgré l’enthousiasme et le gigantisme du projet, Louis Massicotte réitère vouloir le garder à une échelle humaine.

« Je ne veux pas d’Airbnb et autre chose du genre. Les investisseurs devront respecter les normes hôtelières. Je veux aussi faire vivre les commerces avoisinants. On veut contribuer à l’ADN des Laurentides, générer la joie de vivre. Je rassure les citoyens : le domaine de la famille Terzi est situé 0,75 km plus bas que nous et il ne sera pas affecté. Quant au sentier patrimonial Whizzard, il passe déjà sur nos terrains et nous ferons notre possible pour le protéger. Si le projet était inconvenant, je serais le premier à me lever. Il est possible de le réaliser, et de respecter les gens des alentours. »

« D’ailleurs, nous comptons être des bons voisins : notre objectif reste de ne pas détruire la nature. Je ne suis pas un développeur immobilier agressif. Au contraire, je suis un créateur de produit touristiques. Il n’y aura pas de Parc Belmont implanté ici », a-t-il promis.

Louis Massicotte a par ailleurs apprécié les bons mots du d.-g. Simon Filiatreault, de la Ville de Sainte-Adèle.

« On finit actuellement les plans d’implantation et on donnera signe de vie à l’urbanisme de la municipalité. Il y a plusieurs terrains splendides, limitrophes au chemin de la Montagne. Les investisseurs veulent devenir des hôteliers autonomes, parmi le calme et la beauté de la nature laurentienne. J’aime créer différemment, proposer un modèle innovant à Sainte-Adèle. »

C’est la firme d’ingénierie Stantec.com qui a été retenue pour mener le projet La Metsä à bien.

« Elle est répertoriée parmi les cinq meilleures entreprises écoresponsables au monde. Elle innove aussi, avec la cour qui est située devant les chalets, favorisant ainsi la socialisation avec les voisins. Je suis certain que nous allons contribuer à la relance post-COVID dans les Laurentides », a-t-il prédit.

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Johanne Morrissette
Johanne Morrissette
7 jours

« On finit actuellement les plans d’implantation et on donnera signe de vie à l’urbanisme de la municipalité. » 

Est-ce que les citoyens seront consultés ? Et cela, dans une véritable consultation qui leur permettront de se reconnaître dans le projet final? Pour cela, l’Urbanisme devrait s’adjoindre un comité de citoyens particulièrement concernés par le projet qui pourraient participer aux délibérations.
Voilà le type de démocratie municipale que les citoyennes et les citoyens de Sainte-Adèle veulent voir en action.

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
7 jours

Mme Morisette,
le zonage est déjà attitré en hébergement et attrait touristique selon ce qui est écrit dans le texte. Pourquoi vouloir se mêler des dossiers qui concerne seulement le promoteur et l’urbanisme?
il faut arrêter de tout vouloir contrôler comme citoyen!

Last edited 7 jours by Marc-André Pelletier
Johanne Morrissette
Johanne Morrissette
16 heures

Quel meilleure manière pour notre service d’urbanisme de s’assurer de prendre les bonnes décisions qu’en connaissant l’avis des citoyens concernés par un projet? On appelle ça l’acceptabilité sociale.

Richard Martin
Richard Martin
7 jours

« Je ne veux pas d’Airbnb et autre chose du genre » Alors que sur leur site web et dans la publicité à la télé on y voit les logos Airbnb, Wechalet et VRBO entre autres. Aussi les terrains qui se rendent jusqu’au ch de la Montagne à Piedmont appartenait bien à la famille Terzi,