La Régie de police de la Rivière-du-Nord s’entend avec ses policiers

Par Nathalie Deraspe

La Fraternité des policiers et policières de la Rivière-du-Nord a finalement conclu une entente de principe avec la Régie. Les discussions ne se sont pas faites sans heurts. Le président du syndicat, Sylvain Demeule, a claqué la porte.

Alain Marchand, président par intérim, estime qu’il est encore trop tôt pour émettre des commentaires sur le contenu des négociations. Le policier s’est contenté de dire que l’entente porte sur les salaires de 2004 à 2009 et touche une partie des griefs et mesures disciplinaires en suspend.

Le règlement global mettra un terme à une saga qui autrement, aurait continué à s’étirer en arbitrage. «Il n’y a pas d’enthousiasme, mais il n’y a pas de peine non plus. Les policiers avaient juste hâte de passer à autre chose. Ils sont tannés de cette vision très mercantile de la Régie. La SQ va nous donner un nouvel élan, un esprit plus positif.»

C’est bien ce que Sylvain Demeule craignait le plus : Que la Régie «étire l’élastique au maximum» pour que ses membres finissent par accepter une offre plus ou moins valable.

Un «plaster sur un cancer»

Le vice-président aux négociations et griefs et directeur CSST, Martin Boulanger, admet que l’entente de principe n’est pas «l’offre du siècle». «On met un «plaster» sur un cancer. Les policiers vont recevoir un beau chèque, mais il reste des plaies ouvertes.» Le négociateur fait référence aux plaintes de harcèlement psychologique déposées à l’endroit du directeur du service de police, qui elles, sont toujours pendantes.

Le maire de Piedmont et président de la Régie, Clément Cardin, a indiqué qu’il ne connaissait pas les détails de l’entente. Celui-ci ne semblait pas au fait de la situation et ignorait même que l’accord avait été pris sans l’aval du président. «Il y a un comité de négociations pour ça, a-t-il déclaré comme pour excuser sa méconnaissance du dossier. Mais une chose est sûre, aucun déboursé additionnel ne sera nécessaire pour régler la convention.»

Martin Boulanger n’est pas tendre à l’endroit de ses supérieurs. «Ça fait 12 ans que je suis à la Régie et ça fait 12 ans qu’il n’y a pas de logique. Je ne croirai pas à l’entente tant et aussi longtemps que je ne serai pas assis dans un véhicule de la SQ, dans un costume de la SQ et payé par la SQ.»

Les offres finales de la Régie ont été déposées le 17 juin dernier. L’entente de principe est survenue trois semaines plus tard. Les négociateurs sont à rédiger le document final, qui sera soumis pour approbation quelque part en août. Si tout va pour le mieux, les policiers devraient être mutés dès septembre. L’actuel poste de police sera vraisemblablement loué à la SQ de la Rivière-du-nord , tandis qu’une nouvelle construction est dans les cartons pour les Pays-d’en-Haut.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de