La SQ poursuit ses efforts

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne

Culture intérieure de marijuana

Bien que la période de culture extérieure de marijuana se soit terminée avec l’arrivée de la saison froide, les activités criminelles des producteurs de marijuana se poursuivent dans des lieux propices à la

culture intérieure, qui a cours toute l’année.

 

La Sûreté du Québec a rappelé qu’elle continuera à mobiliser ses efforts afin de mettre un terme à ces activités qui contribuent non seulement à l’économie souterraine, mais aussi à la détérioration du tissu social dans les communautés.

 

Travail d’équipe

Les policiers travailleront de plus en plus avec leurs partenaires de Revenu Québec et

d’Hydro-Québec en vue de réduire l’expansion du phénomène des productions et du trafic de marijuana au Québec et de récupérer les actifs des criminels. À titre d’exemple, mentionnons la réalisation d’un projet d’enquête dans le district de la Mauricie – Centre-du-Québec impliquant des producteurs de cannabis qui a permis la récupération de près de 3 millions de dollars en actifs criminels.

 

De plus, les policiers invitent les propriétaires à la vigilance lorsqu’ils décident de louer leur résidence ou leur chalet à des inconnus, par exemple en vérifiant l’identité du locataire et ses références. En effet, la culture de cannabis dans des résidences engendre des dommages permanents qui en affectent grandement la valeur, en plus d’entraîner des risques d’incendie ou de saisie de la résidence. En outre, le propriétaire doit assumer le coût des réparations, car les assureurs ne remboursent pas les dommages causés par la culture de marijuana.

 

Pour obtenir plus d’informations sur le programme Cisaille et sur les mesures en place, les citoyens sont invités à visiter le site Web de la Sûreté du Québec, au www.sq.gouv.qc.ca.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de