La Terre de la Réunion : Repenser sa communauté

Par Marie-Catherine Goudreau (initiative de journalisme local)
La Terre de la Réunion : Repenser sa communauté
(Photo : Nordy)

La Terre de la Réunion est un écovillage situé à Sainte-Lucie-des-Laurentides. Il s’agit d’un développement domiciliaire regroupant plus de 14 résidents ayant tous à cœur la vie en communauté et l’environnement.

Fondée en 2011 par Simon Leclerc et Serge Bolduc, la Terre de la Réunion part de cette idée de construire une petite communauté dans laquelle des valeurs communes seraient partagées. C’est donc sur un terrain de 60 acres que s’est développé ce village, sur une montagne et près d’un lac naturel. On y trouve un jardin communautaire, des sentiers dans la forêt, 12 résidences privées et bientôt un bâtiment commun. Le village est composé de personnes de tous les âges. Beaucoup d’amitiés se sont formées et de liens se sont créés au fil des années, nous racontent les résidents.

Comme les Schtroumpfs

Les fondateurs aiment l’appeler le village de Schtroumpfs puisque chacun possède ses forces et ses faiblesses et participent aux tâches de la communauté. « Nous avons tous des dons et des qualités. Lorsqu’on apprend à les connaître et qu’on les met au service de quelque chose de plus grand que notre propre désir, ça fait en sorte que plein de miracles se produisent », raconte le cofondateur, Serge Bolduc.

Différentes activités sont organisées, des fêtes ou des soupers, mais aussi des corvées chaque semaine, auxquelles chaque per-sonne doit participer. Au mois de novembre, il s’agit surtout de couper le bois de chauffage, préparer le terrain avant l’hiver, ramasser les feuilles, etc.

Chaque nouveau membre qui souhaite s’installer dans le village doit passer par plusieurs étapes :

  1. Visite du projet
  2. Rencontre sociale
  3. Participation à une corvée
  4. Participation à une réunion du conseil d’administration
  5. Période de réflexion et d’exploration
  6. Lettre d’intention
  7. Accueil et signature de la charte d’harmonisation
  8. Offre d’achat
  9. Achat notarié

La richesse d’une communauté

Dès le début, plusieurs personnes ont manifesté leur intérêt pour ce type de projet. Lily Champagne était parmi les premières à y faire construire sa maison et y habite depuis près de 8 ans. Dès que le projet lui a été proposé par Serge et Simon, elle s’est tout de suite identifiée à ce genre de vie. « Je voyais la possibilité d’aller chercher le meilleur de chaque personne. En groupe, tout est possible ! » Elle donne un exemple qui s’est déroulé cet été lorsqu’une des résidentes a eu des problèmes de santé. Grâce à la communauté, elle a pu être accompagnée et aidée tout au long de cette période. Elle affirme même qu’elle n’aurait pas pu passer aussi facilement à travers cette épreuve si elle n’avait pas été si bien entourée. Pour Lily, c’est une « richesse de sentir qu’on n’est jamais seul ».

Julie Girard posée devant sa maison qu’elle a conçue elle-même.

 

Julie Girard est designer et a conçu elle-même sa maison, en plus d’avoir mis sa touche sur presque toutes les demeures du village. Elle se spécialise dans les maisons écologiques et a notamment construit la première maison carboneutre au Québec.

Ayant participé activement à la construction du village, Julie a voulu que les maisons soient conçues de manière à ce qu’elles perdurent dans le temps et qu’elles évoluent avec les personnes qui y habitent. Par exemple, pour des personnes plus âgées, certaines maisons sont faites pour être séparées en appartements ou adaptées si leurs résidents perdent de leur autonomie.

À la base même du village se trouvent les valeurs humaines et le vivre-ensemble. C’est ce qui fait de cette communauté une réussite et un exemple à suivre dans le futur.

La nature au cœur du projet

  • Les maisons sont situées à flanc de montagne pour permettre les principes du solaire passif.
  • Le projet est construit sur une ancienne érablière.
  • Le chemin de la Réunion était déjà existant, aucun asphalte ni bitume n’a été ajouté. Route étroite et pentes adoucies, la forêt s’y trouve moins perturbée.
  • Les infrastructures sont concentrées pour moins affecter l’environnement autour.
  • Un jardin communautaire a été créé, des arbres fruitiers ont été plantés et des serres seront bientôt installées afin de viser une autonomie alimentaire.
  • Pour la construction des maisons, ils utilisent des matériaux naturels et tentent de minimiser les impacts sur l’environnement.

Pour en savoir davantage terredelareunion.com

Partager cet article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments