La vie est belle

Par Journal Accès
la-vie-est-belle_2
Photo : Courtoisie Nathalie Diotte

La vie est belle! Facile à dire… C’est vrai que la vie est belle. TOUJOURS belle. Ce sont les imprévus, les impondérables et les drames qui nous tombent dessus sans avertissement qui le sont moins. Et si on planifiait mieux notre bonheur? Et si on se permettait un peu de piquant dans notre vie? Et si on acceptait les amitiés qui se présentent à nous comme le plus beau des cadeaux? Et si, et si…

la-vie-est-belle_3
L’importance de la bucket list. Photo : Courtoisie
L’importance de la bucket list

Avez-vous déjà pris le temps de réfléchir aux 10 choses que vous aimeriez accomplir avant de faire le grand saut? Cet exercice permet non seulement de faire le point sur ce que vous avez accompli jusqu’à présent, mais vous donne surtout des indices sur vos aspirations futures, vos rêves et vos projets fous. Plus vous zieutez votre liste et plus de chances vous avez de réaliser certains projets puisqu’ils vous hanteront régulièrement et influenceront assurément certains de vos choix de vie! Un conseil : collez-la sur votre frigo, ça fera jaser à tous les coups! N’hésitez surtout pas à oser. Cette liste est là pour ça! Besoin d’idées? Ouvrez l’œil, autour de vous gravitent des gens inspirants que peut-être vous enviez. Parlez-en à vos amis, à votre conjoint, à vos enfants. Cet exercice permet d’engager de belles discussions et de mieux connaître vos êtres chers. Chaque fois que vous accomplissez un des éléments de votre liste, biffez-le et ajoutez en un nouveau. Votre seul risque, c’est d’y prendre goût!

L’art d’épicer son quotidien

Alors que le train-train quotidien est pour certains nécessaire à l’équilibre, d’autres trouvent avantage à pimenter la vie de petites folies.
Voici quelques idées toutes simples pour épicer vos journées : chanter à tue-tête en cuisinant, aller seule au cinéma et manger son popcorn jusqu’à la fin du générique, prendre un après-midi de congé et lire un bon roman dans un café, se payer un massage sur chaise de façon hebdomadaire, apprendre une nouvelle langue, s’inscrire à un cours de danse africaine, acheter un billet d’avion sur un coup de tête, aller marcher le midi au lieu de luncher devant son écran d’ordi, engager la conversation avec un inconnu, rire sans raison, se payer un traiteur, faire la sieste dans un hamac…

la-vie-est-belle_1
Annie et Nathalie, amies pour la vie! Photo : Courtoisie
Amitié improbable…

Annie Duranceau, bandana sur le crâne, débarque de sa moto. Elle marche d’un pas décidé, vers sa première séance de thérapie par les arts, offerte à la Société canadienne du cancer. C’est une question de survie mentale pour celle qui a décidé, ce jour-là, le temps que dureraient ses traitements de chimio, de reprendre du pouvoir sur ce qu’elle peut, afin d’atténuer le deuil de sa « vie d’avant ».
De l’autre côté de la fenêtre d’un bureau de l’organisme, Nathalie Prud’Homme regarde, intriguée, cette femme visiblement chauve, qui gare sa moto… Pour cette agente à la communauté, c’est la première journée d’un retour au travail suite à son congé de maladie pour soigner ironiquement… un 3e cancer! Nathalie s’est mise à peindre, immobilisée dans un fauteuil, pendant sa chimio. Ce premier jour de rentrée au travail, elle a décidé d’adosser au mur du corridor sa première œuvre. Elle se rappelait dans quel état elle l’avait peinte.
Le commun des mortels n’aurait pas cru bon les présenter l’une à l’autre. Au mieux, une perte de temps sympathique, une promesse d’aller prendre un café un jour. Des tempéraments aussi différents ne « fitent» pas naturellement ensemble… Or, « l’art » avait sans doute flairé le « match » qui ferait naître une amitié solidement inconditionnelle, bien avant qu’elles ne se croisent dans un corridor menant au fameux atelier d’art soutenu à bout de bras par la générosité du public.
Vous devinez la suite… Deux univers qui se croisent… Une conversation bien sentie au sujet de l’art comme mode d’expression.
Un consensus qui tisse des liens : L’art est, pour chacune d’elles, un nid douillet dans le chaos qui résulte de leur annonce de leur cancer incurable.
Bien avant qu’elles se promettent de peindre ensemble un jour, pour le plaisir. Avant de recevoir 500 personnes lors de leur première exposition ensemble… Avant d’unir leurs forces pour faire des collectes de fonds afin d’habiller des enfants. Avant leur combat pour appuyer la recherche médicale. Le duo Les Parfaites-Imparfaites était déjà né, dans un corridor.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de