La vie, la vie…

Par Josée Pilotte

Plus de 62% des familles au pays avouent laisser la télé allumée durant le souper et 29% utilisent même leur ordinateur durant le repas. Triste constat: seulement 25% des gens éteignent tous leurs appareils de communication à l’heure du souper.

Pourquoi la télé au souper? Pour 30 minutes de relâchement?

Trente minutes… ça doit bien être la moyenne quotidienne consacrée au repas du soir, non? Du relâchement, c’est vraiment ce que nous procure la compagnie de Pierre Bruneau à l’heure du souper? Parce que, pour nous, «communiquer» avec notre famille est devenu trop oppressant, trop stressant à vivre, soir après soir, souper après souper?! Sommes-nous à ce point junkies de la «tivi» pour nous faire accroire qu’il est là, l’exutoire parfait de tous nos mots, l’expression parfaite de nos maux?

Nous avons mis au monde des mutants de la communication : experts en «échange virturel» (« Koi tu fais en Fds? Pk tu y a po dit ke…»), nos rejetons sont-ils nuls en échanges humains? Même l’ère d’une conversations des plus «basiques», lors d’un souper en famille, semble révolue; le plaisir des mots qui, jadis, amusait les convives lors d’un repas, semble maintenant banni de nos salles à manger… absence totale de tout propos. Nous sommes des esclaves de la boîte noire, du téléphone cellulaire, de l’ordinateur portable, du blackberry.

On est des vrais pros de la communication quoi… Duh!

Au fond c’est simple, plus besoin d’amis: clique sur «facebook.com» et ta vie sociale et affective sera comblée («koi tu fais en fds? pk tu y va po?…»). Selon le psychologue Pierre Faubert: «Ça donne l’impression aux jeunes de se rassembler dans une sorte d’intimité – qui n’en est pas vraiment une – pour compenser leur manque d’intimité avec leur famille ou leur amis. Ils mettent des photos de bières, de camping et sentent qu’ils vivent dans un monde de party perpétuel», explique-t-il.

Beau portrait n’est-ce pas?

J’me sens complètement dépassée par ce 67%, j’voudrais vous dire qu’il en est ainsi dans ma famille mais je vous mentirais et pourquoi mentir au fond… Si 67% est la normalité de la majorité alors j’suis une «rebelle finie»!

Imaginez un peu: moi, une fille qui travaille en communications depuis des années, je viens à peine d’avoir un ordinateur à la maison… t’appelles-tu ça «arrive-en-ville»?!… Une fille comme moi, qui vit de l’information et qui décide d’exclure la télé du salon pour laisser place à la rencontre, à la parole, celle des autres, celle des livres… ça fait-tu assez «rebelle finie»?!

La télé? Oui pour une petite «télé-cuisine», oui pour une 42 pouces à l’étage dans la chambre des maîtres pour un film en famille ou en amoureux… Mais pas ailleurs!

On est-tu normal? Nos enfants manquent-ils de quelque chose? Manquent-ils quelque chose? Pierre Bruneau?…

Oui, j’en conviens: parfois mon ado marmonne au lieu de parler clairement; car j’ai beau être à l’écoute, j’écoute, j’écoute, y’a beau répéter, y répète, y répète… «Mais qu’est-ce qu’y dit là, Antoine, Chéri?» Bref, c’est pas parfait, mais on s’efforce d’être présents, de manger la télé fermée et de parler entre nous de petits riens, qui nous en disent souvent plus que les grands discours de Pierre Bruneau.

Au fond la question qu’on devrait tous de poser: on est-tu si importants que ça pour ne pas être capables de tirer la «plogue» une demi-heure par jour?

Une demi-heure par jour, sans boîte noire, sans téléphone cellulaire, sans ordinateur portable, sans blackberry … une demi-heure par jour sans tes bébelles, t’es-tu capable?

T’es vraiment un pro, un vrai, de la communication!…

Pitié!

Va jouer dehors!

Get a Life!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de