Laurentides-Angleterre!

Par Eric-Olivier Dallard

Demtec a été choisi pour être l’hôte d’une délégation en provenance de l’Angleterre. Un groupe d’environ 25 représentants concernés de près ou de loin par la question du logement abordable et social visite l’usine de Princeville ce 4 mai.

A cet effet, le Président de Demtec, Ivon Le Duc, entend profiter de cette visite pour démontrer la vigueur et le savoir faire du secteur québécois de la maison fabriquée en usine.

La compagnie, qui développe actuellement le marché laurentien, est à finaliser le financement d’un agrandissement de ces installations en collaboration avec Investissement Québec et la Banque Nationale du Canada, et prévoit débuter prochainement ces travaux qu’elle espère complétés en octobre prochain. Demtec entend doubler ainsi la superficie de l’usine et tripler sa production par l’utilisation d’une technologie de pointe allemande, automatisant une plus grande partie du processus de fabrication.

C’est la solution au problème du logement abordable selon Monsieur Le Duc: «Le chantier traditionnel est lourd de par ses procédés, mais surtout dispendieux par les frais de main-d’œuvre qui ne peuvent être révisés à la baisse. C’est le problème qui revenait sans cesse alors que j’étais maire d’arrondissement et au Comité Exécutif de la ville de Montréal à titre de responsable de l’habitation. Le problème du logement abordable est que les entrepreneurs n’y trouvent pas leurs profits alors que la ville ne peut combler le manque de logements parce que les coûts de construction sont trop élevés par rapport à l’enveloppe budgétaire. C’est un cercle vicieux, et c’est ce qui m’a motivé à m’investir dans le secteur de la construction lors de mon retrait de la scène politique.» La solution, selon lui, est dans l’automatisation, qui permet de réduire les coûts de construction de manière considérable tout en maintenant la qualité ou même l’augmenter. «L’équipement que nous installerons après l’agrandissement nous permettra de tripler la production avec le même nombre d’employés et à un coût moindre. Nous pourrons répondre aux demandes de logements abordables, tout en y trouvant notre profit.»

L’Angleterre rencontre les mêmes diffi

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de