Laurentides: Reine du vélo?

Par Josée Pilotte
Laurentides: Reine du vélo?

Comme le temps file, hier encore je nous revois tous dans la salle de l’Entraide Bénévole de Sainte-Adèle lors du forum «Les Laurentides dont je rêve» à parler de sentiers, de préservation, de vélo, de l’impact économique. Je me rappelle surtout de la face ennuyée de nos élus; my god qu’ils trouvaient le discours «boring» et surtout à mille années lumières de leurs préoccupations.

Oui! Que de kilomètres parcourus depuis, et je ne parle pas nécessairement pour nos élus. Mais n’empêche qu’à défaut d’avoir mis des kilomètres dans leurs jarrets, nos élus on fait du millage dans leur tête, et on ne peut que s’en réjouir, même si pour certains, le rythme est encore trop lent. Justement parlons-en de rythme et de faire sa part. On a beau taper sur le dos de nos politiciens, mais faudrait que la communauté d’affaires se mobilise et allume sur le potentiel économique de la pratique cycliste – sous toutes ses formes (route et montagne). Même le CLD reconnaît que cette pratique peut être un apport économique important et un créneau à exploiter pour diversifier notre économie, qui a du plomb dans l’aile.

On s’est malheureusement trop longtemps assis sur nos lauriers de destination «ski» et du «petit village pittoresque», mais force est de constater qu’aujourd’hui la donne a changé. Non seulement les gens font du «in and out», mais ils sont butineurs, ce qui n’aide en rien à maintenir à flot notre économie locale.

Je vais me garder une petite gêne, mais je suis déçue de voir que certains commerçants dorment au gaz et ne tentent pas de séduire cette nouvelle clientèle sur deux-roues. C’est pourtant dans leur cour, mais ils ne sont pas fichus d’offrir des produits et des services adéquats. Pensez-vous après deux heures de ride de vélo que l’athlète du dimanche n’a pas besoin de manger et de boire? Alloooo!? Qu’est-ce qu’on attend?! Alors qu’on a tout pour réussir: on a le terrain de jeu, on a l’hébergement, on a les restos, on a des spas et la cerise sur le sundae, on a le night life. On a tous les ingrédients pour une recette gagnante mais il manque juste le liant: la vision et la volonté.

Et penser que c’est le politique ou les chambres de commerces qui vont régler le problème, équivaut à démissionner de nos responsabilités. Les temps ont changé, les Laurentides se sont transformées et on doit se réinventer. Et il y a justement un train qui passe en ce moment et ça serait ben plate de le manquer. C’est ensemble qu’on peut faire la différence!

**** ****

Pour une deuxième année, nous vous proposons un cahier spécial vélo qui nous l’espérons satisfera votre curiosité.

Au menu, un tour des avancées et nouveautés en matière de réseau cyclable, et il y en aura pour tous les goûts: vélo de route, de montagne, de randonnée… et de ville avec le projet Vélocité qui débute cette année. La Corporation du Parc linéaire Le P’tit Train du Nord, qui ouvre officiellement cette semaine, réfléchit à l’avenir de ce fleuron québécois. Utiliser son vélo pour se rendre au travail: utopie ou réalité? Nous avons déniché l’espèce rare!

Comme à chaque début de saison cycliste, la question de la sécurité revient sur la table. Mise en perspective. Rouler forme la jeunesse? Ça la conserve aussi! Petit survol de quelques clubs cyclistes qui partagent une chose: la passion!

Le vélo de montagne reprend du gallon au Québec. Les Laurentides: la prochaine destination montagne hot? Si on a les conditions gagnantes, il reste encore du chemin à parcourir vers la réussite.

En espérant que vous apprécierez lire ce cahier comme nous avons eu du plaisir à le faire pour vous chers lecteurs, nous vous souhaitons une bonne saison cycliste!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de