Laurentiens: portrait de santé révélateur

Par Eric-Olivier Dallard

La Direction de santé publique des Lau­rentides vient de publier le portrait de santé des 18-64 ans. Cette radiographie unique en son genre permettra aux intervenants de la santé de mieux cibler leurs interventions futures. Voici un aperçu des résultats.

Première particularité, l’incidence du cancer. Les tumeurs malignes touchent davantage les femmes de la région. Le cancer du poumon est en hausse constante et les affectent particulièrement. Si elles fument moins que les hommes (27% contre 31% en 2005), les femmes vivent plus souvent sous le seuil de faible revenu. En 2003, près d’une femme adulte sur cinq a vécu de l’insécurité alimentaire, nous dit le rapport. Près du tiers d’entre elles éprouvent un sentiment d’insécurité d’emploi (29% comparativement à 23% dans le reste de la province) et le cinquième occupe un emploi à temps partiel.

Parallèlement, la proportion de familles monoparentales est toujours en hausse, passant de 16% en 1991 à 21% en 2001, un phénomène qui touche les trois quarts des femmes.

Cela dit, celles-ci prennent plus soin de leur santé. Elles consomment plus de fruits et légumes, consultent davantage et sont plus actives durant leurs loisirs que leurs pendants masculins. Il n’empêche, près de la moitié des adultes de la région ont plus d’une habitude de vie à risque de développer une maladie chronique telle l’obésité ou le diabète.

Le suicide frappe

Fait inquiétant, les suicides touchent quatre hommes pour une femme (12% des décès). Même si, en général, ceux-ci sont plus souvent touchés par la maladie, ce sont les accidents de véhicules qui font le plus de victimes, ici plus qu’ailleurs en province. On constate également qu’il y a davantage d’hommes de 18 à 44 ans qui vivent seuls.

Même si les hommes de 25 à 44 ans ont un niveau de scolarité inférieur à celui des femmes, ils profitent de revenus supérieurs et celui-ci augmente avec l’âge.

Côté démographie, alors que de plus en plus de jeunes familles optent pour les Basses-Laurentides, faisant grimper le taux de fécondité à des niveaux records, les retraités viennent s’installer au nord. Dans les dix prochaines années, la région vivra un accroissement plus rapide des 55 à 64 ans ici qu’ailleurs au Québec et ce contraste démographique entre le sud et le nord aura tendance à s’accentuer dans les années à venir.

Données manquantes

Même si ce portrait exhaustif permettra une meilleure planification des programmes de santé publique, plusieurs données importantes n’ont pu y être compilées. C’est le cas entre autres de l’état de santé mentale des 18-64 ans. Peut-être nageons-nous encore dans les tabous. Même chose du côté des comportements à risque, sexuels ou autres. Il existe peu de données concernant la consommation de drogues et d’alcool. Tout ce que l’on peut dire, c’est qu’au Canada, les hommes sont plus friands de ce genre d’évasion que les femmes (16% contre 9% pour la consommation de cannabis en 2002). Durant la même période, quatre adultes sur cinq se seraient également adonnés à des jeux de hasard et d’argent.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de