Le CSSS des Sommets se dotera d’un centre de services ambulatoires!

Par Eric-Olivier Dallard

Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) des Sommets traverse une période de transformation majeure. L’établis­sement mène un important exercice visant à améliorer sa performance dans différents secteurs, exerce un contrôle strict des dépenses afin d’atteindre l’équilibre financier et annonce aujourd’hui d’importants développements en matière d’organisation de ses soins et de ses services à la population.

Sur le plan financier, depuis le 1er avril 2007 et donc en l’espace de quelques mois seulement, une réduction de dépenses de près de 700 000$ fut réalisée par la mise en place de différentes mesures et par une gestion rationnelle des ressources. «Grâce aux efforts consentis par toutes et tous, nous pouvons confirmer que notre plan de réorganisation tient la route et c’est pourquoi nous devons maintenir le cap», déclarent le président du conseil d’administration du CSSS des Sommets, Gilles Daoust et le directeur général, Yves Lachapelle. D’ici le 31 mars 2009, l’établissement doit récupérer la somme de 3.1 millions de dollars et à cet effet, un plan de réorganisation est en cours de réalisation.

Un centre de services ambulatoires

Le CSSS des Sommets transformera sa clinique externe accessible à partir de l’entrée principale de l’hôpital en un véritable centre de services ambulatoires à l’intérieur duquel on accédera à une large gamme de soins et de services dans différentes spécialités: gynécologie, oncologie, chirurgie, pneumologie, cardiologie, neurologie, oto-rhino-laryngologie, etc. L’établissement précise que les derniers progrès de la technologie et de la pharmacologie ainsi que l’arrivée de nouveaux médecins spécialistes rendent aujourd’hui possible le développement de ce centre de services ambulatoires à Sainte-Agathe-des-Monts. Par services ambulatoires, on fait référence au fait que le patient peut se déplacer afin de recevoir un traitement et retourner chez lui à la fin de la journée par opposition au patient alité à l’hôpital. Des plages horaires seront également prévues pour la clientèle plus vulnérable afin qu’elle n’ait pas à passer par la salle d’urgence. «L’aménagement des lieux sera aussi pensé de manière à favoriser l’interdisciplinarité entre nos différents professionnels de la santé et pour procurer un meilleur confort aux patients dans le plus grand respect de leur intimité», annonce M. Lachapelle qui ajoute également «que l’établissement a notamment acquis, grâce au soutien financier de la Fondation médicale des Laurentides et des Pays-d’en-Haut, un appareil d’échographie obstétrical à la fine pointe de la technologie qui permettra de voir le bébé en trois dimensions, une première dans l’histoire de l’hôpital de Sainte-Agathe-des-Monts». L’espace réservé aux services ambulatoires à l’hôpital passera donc de 7 800 à 9 400 pieds carrés ce qui correspond à un accroissement de 20%.
«Par la mise en place du centre de services ambulatoires, par davantage de soins dans notre communauté, en CLSC par exemple, et en offrant des alternatives à l’hospitalisation nous croyons qu’il sera possible de diminuer le recours à nos lits d’hospitalisation», précise le président du conseil d’administration qui admet du même souffle que «la transformation entreprise depuis la fusion volontaire qui a mené à la création du CSSS des Sommets bouleverse les façons de faire et crée de l’inconfort chez le personnel. Effectivement, certains postes seront touchés de sorte que quelques membres du personnel seront appelés à relever de nouveaux défis professionnels, mais en bout de piste, il n’y aura pas de perte d’emplois. Nous entendons soutenir notre personnel dans cette transition car leur collaboration est essentielle», précise-t-il.

Diminution du recours à

l’hospitalisation: quelques statistiques
«Déjà, avec les différentes actions réalisées et sans prendre en compte les développements que nous annonçons aujourd’hui, le taux moyen d’occupation des lits à l’hôpital est passé de 103% en 2004-2005 à 93% en 2006-2007. Notre plan de réorganisation repose donc sur des données probantes con­clu­antes», précise M. Daoust. L’hôpital de Sainte-Agathe-des-Monts conservera toujours 104 lits à son permis d’exploitation, mais l’administration confirme son intention d’utiliser de manière occasionnelle et au besoin l’équivalent d’une dizaine de lits, lors de périodes d’éclosion de la gastro-entérite ou du C. difficile, par mesure de prévention, ou lorsque l’hôpital agathois sera confronté à un fort achalandage, particulièrement durant la saison hivernale.

Davantage de soins dans la communauté 

Depuis les deux dernières années, le CSSS des Sommets investit davantage dans les CLSC dont il a la responsabilité et il entend bien poursuivre sur cette voie. En effet, le taux d’augmentation des investissements a été plus significatif, et de loin, pour cette mission avec respectivement 21% par rapport à 11% pour l’ensemble du CSSS des Sommets et le nombre d’interventions par l’équipe du CLSC à Sainte-Agathe-des-Monts, Mont-Tremblant et Labelle se sont accrus considérablement passant de 56 341 à 71 132 interventions soit l’équivalent d’une hausse de 26%. L’établis­sement optimisera ses services offerts dans la communauté faisant en sorte de donner plus de soins à domicile aux personnes âgées, aux personnes étant retournées à la maison suite à une hospitalisation et à celles en fin de vie pour ne citer que ces quelques exemples.

L’établissement confirme que les soins palliatifs demeureront au Pavillon Philippe-Lapointe et que quatre lits seront dédiés exclusivement à cet effet dans cet environnement qui est apprécié à la fois par la clientèle et leurs proches que par notre personnel. Le CSSS des Sommets attend aussi un financement particulier pour l’ouverture de sept lits, toujours sur cette même unité au Pavillon Philippe-Lapointe, dans le but d’évaluer la condition de nos aînés en perte d’autonomie et de permettre à ceux-ci de profiter d’une convalescence suite à une hospitalisation. Ces lits seront à la disposition de la clientèle provenant de la MRC des Pays-d’en-Haut et de la MRC des Lau­rentides. «Suite à une hospitalisation, il arrive parfois que le degré d’autonomie d’une personne se dégrade. Ces lits d’évaluation-convalescence nous permettront d’offrir différents services, en réadaptation par exemple, afin de favoriser l’autonomie de la personne et un retour à domicile ou, si cela est requis, de la diriger en hébergement permanent», de préciser M. Lachapelle. Ces sept lits d’évaluation-convalescence pour nos aînés seront jumelés aux quatre en soins palliatifs sur cette unité qui passera de 8 à 11 lits. La vocation initiale de ces lits (soins palliatifs et oncologie) se trouve donc modifiée dans la cadre du plan de réorganisation. Ce sera maintenant une unité où l’on retrouvera des lits de soins palliatifs, comme auparavant et des lits d’évaluation-convalescence pour nos aînés en perte d’autonomie. Cette nouvelle vocation s’inscrit bien dans un milieu de vie comme le Pavillon Philippe-Lapointe. Les soins en oncologie seront désormais dispensés à l’intérieur des lits d’hospitalisation et au centre de services ambulatoires plutôt qu’au centre d’hébergement proprement dit.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de