Le massif des escarpements encore mieux protégé

Photo de Thomas Gallenne
Par Thomas Gallenne
Le massif des escarpements encore mieux protégé
Les forêts étant des milieux perméables, elles favorisent l’infiltration de l’eau dans les sols pour recharger les nappes souterraines et optimisent la filtration des polluants.

Acquisition majeure du côté de Saint-Hippolyte

Grâce à la collaboration du Comité régional pour la protection des falaises (CRPF) et de plusieurs autres partenaires, Conservation de la nature Canada (CNC) a annoncé l’acquisition d’une propriété de 135 hectares à Saint-Hippolyte, le 13 mai dernier. Cette initiative permet de consolider la superficie totale de l’aire de protection du massif des escarpements de Piedmont, Prévost et Saint-Hippolyte, un grand territoire forestier peu fragmenté qui permet le déplacement de mammifères à grand domaine vital, tels que l’orignal.

À proximité de la réserve naturelle Alfred-Kelly (471 ha), propriété de CNC, et de la réserve naturelle du Parc-des-Falaises (secteur Gagné-Beaulne et Labonté) (46 ha), propriété du CRPF, cette propriété représente un maillon essentiel au grand projet de conservation porté par ces organismes dans ce secteur des Laurentides. Entre autres, le couvert forestier de ce site joue un rôle essentiel dans le maintien de la qualité et de la quantité des eaux souterraines. Étant des milieux perméables, les forêts favorisent l’infiltration de l’eau dans les sols pour recharger les nappes souterraines et optimisent la filtration des polluants.
La propriété se démarque par l’intégrité de ses milieux naturels. Elle procure des habitats de qualité à une grande variété d’espèces, dont la grenouille des marais, espèce susceptible d’être désignée menacée au Québec et le noyer cendré, espèce en voie de disparition au Canada. Les milieux humides et les ruisseaux situés sur la propriété offrent des haltes pour la sauvagine en période de migration, tels le canard colvert et le plongeon huard.

Travail collaboratif

Marie-Andrée Tougas-Tellier, chargée de projet à Conservation de la nature Canada au Québec, a rappelé que ce projet est né d’une collaboration entre CNC, le CRPF, la municipalité et de nombreux donateurs. « La mise en commun de nos efforts a permis d’étendre la superficie protégée dans le secteur des escarpements et ainsi de favoriser le maintien d’habitats naturels essentiels à plusieurs espèces des Laurentides », a-t-elle souligné.

C. Bourque (CRPF); G. Leclair (Association des propriétaires de la réserve Ogilvy); L. Rossignol (Caisse Desjardins Saint-Jerôme); C. Lamarche (APR Ogilvy); N. Zinger (CNC); R. Vinet (TAF immobilier) et B. Allard (Conseiller municipal Saint-Hippolyte), lors de l’annonce d’acquisition d’une propriété de 135 hectares à Saint-Hippolyte, le 13 mai dernier.
C. Bourque (CRPF); G. Leclair (Association des propriétaires de la réserve Ogilvy); L. Rossignol (Caisse Desjardins Saint-Jerôme); C. Lamarche (APR Ogilvy); N. Zinger (CNC); R. Vinet (TAF immobilier) et B. Allard (Conseiller municipal Saint-Hippolyte), lors de l’annonce d’acquisition d’une propriété de 135 hectares à Saint-Hippolyte, le 13 mai dernier.

 
 
« Avec cette acquisition, nous en sommes à près de la moitié de l’objectif que s’est donné notre organisme en 2003, a pour sa part commenté Gilbert Tousignant, vice-président du Comité régional pour la protection des falaises et responsable des acquisitions pour le comité. Nous sommes très heureux de la contribution généreuse des bailleurs de fonds institutionnels, mais surtout des centaines de donateurs individuels qui croient en nous et qui nous soutiennent depuis le tout début. C’est ce qui nous motive à poursuivre notre action avec autant de passion. »
Bruno Laroche, maire de la Municipalité de Saint-Hippolyte, a quant à lui déclaré que l’une des plus grandes richesses de cette partie de territoire demeure sans contredit ses attraits naturels. « Notre conseil municipal a leur protection à cœur. Nous sommes donc particulièrement fiers que ce secteur de Saint-Hippolyte puisse ainsi être préservé pour s’intégrer dans ce grand projet de conservation. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de