Le Ministère des Transports est irresponsable!

Par Stephane Gendron

Le cas de la petite Bianca Leduc

Le cas de la petite Bianca Leduc est aussi une affaire de coin de rue. Et je m’explique.

Chez nous, la Mairie a identifié plusieurs coins de rue que l’on peut qualifier de zones à risque (ou «accidentogènes» pour utiliser le jargon de la patrouille policière). Or, les autorités municipales de Huntingdon ont informé le MTQ depuis plusieurs mois de leur position vis-à-vis ces secteurs et ont demandé la permission d’installer des aménagements particuliers, dont un feu rouge clignotant. Nous avons aussi proposé l’installation de stries dans l’asphalte de la route provinciale qui passe par là, de même que des dos d’ânes dans la rue transversale qui nous mène à l’Aréna et à un Centre de la petite enfance.

Il a fallu encore un accident très grave un peu plus tôt cette semaine pour réactualiser ce dossier. J’étais à mon ordinateur de travail vers 21h30 quand un immense BANG s’est fait entendre. La personne n’a jamais freiné et s’est emboutie dans une remorque de 45 pieds. Cet été, un autre BANQ, un Américain qui passait par là n’a jamais vu l’arrêt et a grièvement blessé une dame âgée. Deux minutes avant le drame, trois enfants jouaient innocemment sur le même terrain où a atterri l’auto de la vieille dame. Il n’y a pas si longtemps, l’auto d’une concitoyenne a terminé sa course cette fois-ci sur mon terrain où s’amusaient mes enfants habituellement. Un autre arrêt ignoré. Puis l’année auparavant, un VTT est apparu sur le mur de ma salle à dîner, par dessus la clôture.

Au Ministère des Transports, Bernard Caron, un gestionnaire à la Direction Ouest de la Montérégie me parle de l’importance de l’uniformité du réseau tant à Matane qu’à Huntingdon, qu’il ne faut pas brusquer le conducteur dans sa conduite, qu’il est en droit de s’attendre à une intersection sans trop de signes dérangeants.

Actuellement, mon «cas» est à l’étude. On collige des statistiques et on tente d’interpréter la situation. On me suggère une rencontre quelque part en janvier afin d’évaluer nos demandes municipales et de tenter une «Concert-Action» inter-régionale sur la question. Selon le MTQ, il y a lieu de faire autrement avec mes demandes. On me menace même de démanteler le feu rouge clignotant si la Ville décidait d’aller de l’avant…

Pendant ce temps, les accidents se multiplient. Un jour, un enfant sera mort dans un accident.

Le MTQ est innocent dans sa gestion de la sécurité. Il y a quelques années, les gens de Ormstown réclamaient un arrêt à l’angle de la 138 et de la 138A. Le MTQ a répondu qu’il fallait un quota spécifique d’accidents avant d’agir (!) Or, l’accident est survenu une belle journée. En passant par là, j’ai appris qu’une mère de famille et sa fille étaient mortes dans un accident la veille. L’arrêt fut installé quelques semaines après la tragédie.

Il y a donc quelques imbéciles au MTQ.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de