Le peuple invisible au

Par Eric-Olivier Dallard

Le peuple invisible, le tout dernier film du duo choc Richard Desjardins et Robert Monderie, sera à l’affiche à Saint2-Adèle, au Cinéma Pine, dès aujourd’hui, 14 décembre!

Richard Desjardins et Robert Monderie partent à la découverte d’un peuple méconnu, qu’ils ont eux-mêmes longtemps côtoyé sans vraiment le connaître. Son histoire tumultueuse, portée à l’écran pour la toute première fois, remonte à plus de 5000 ans, mais le prochain siècle risque d’être celui de la dernière chance. En effet, ce peuple vit depuis trop longtemps dans des conditions pitoyables, parfois pires que dans certains pays du tiers-monde. Pourtant, les deux cinéastes n’ont pas eu besoin de parcourir des milliers de kilomètres pour aller à sa rencontre : la nation algonquine habite près de chez nous, au Québec. Il y a à peine deux siècles, les Algonquins occupaient un territoire qui s’étendait de Laval à Val d’Or, jusqu’au lac Huron. À l’image de leur mode de vie ancestral, cet espace est maintenant réduit en miettes. Le territoire qu’occupe aujourd’hui ce peuple d’environ 9000 individus se résume à une dizaine de communautés au Québec, qui constituent leurs derniers refuges. Les Algonquins sont forcés à la sédentarité, souvent réduits à la misère, coupés de leurs traditions. On assiste, impassibles, à leur lente désintégration alors que le taux de mortalité infantile est très élevé et que les petits-enfants ne peuvent plus communiquer avec leurs grands-parents dans leur langue maternelle, puisqu’ils ignorent totalement la langue algonquine. Richard Desjardins et Robert Monderie ont décidé de tirer la sonnette d’alarme et de faire la lumière sur les grandeurs et les misères de ce Peuple invisible. Invisible surtout aux yeux des Blancs qui continuent de cultiver certains préjugés, non seulement envers les Algon­quins, mais envers tous les Amérindiens. Au-delà des clichés, les deux cinéastes ont ratissé leurs dernières parcelles de territoire pour leur donner la parole, et surtout faire entendre leurs nombreux silences qui cachent tant de désespoir.

Pour les amoureux de l’œuvre de Richard Desjardins dans son ensemble, notez que le documentaire radiophonique Richard Desjardins, L’Homme libre, de la réalisatrice Nadia Peiellon, sera présenté en rediffusion à la radio de Radio-Canada, sur la Première chaîne, les jeudis 13 et 29 décembre, de 20h à 22h.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de