Le P’tit Train du Nord !

Par Production Accès
Le P’tit Train du Nord !

Chronique du Marathon du P’tit Train du Nord

Par Josée Prévost, collaboration spéciale
Coureuse et propriétaire de la Boutique Maison de la Course

 

Je vois sur les réseaux sociaux beaucoup de commentaires sur le Marathon du P’tit Train du Nord qui aura lieu le 20 octobre prochain. « Est-il facile? Ou difficile? Les opinions sont partagées. Est-il si beau que ça? Est-ce que je le fais pour une troisième année ? Je vous laisse deviner !

Pour ma part, en 2018, c’était mon 10e cette année et mon 46e en carrière. J’aime courir des marathons. C’est relax, c’est vivant, c’est joyeux, ça donne de l’énergie, ça rend heureux, ça bâtit la confiance. C’est l’équivalent de la poudre de perlimpinpin!

Donc j’en ai fait 45 avant celui-ci. Lisbonne, Berlin, New York, Boston, San Francisco, Chicago, Paris, Rome, Toronto, Ottawa et beaucoup d’autres. Des petits et des grands, ici et ailleurs.

Et voilà après trois jours à y penser, c’est fait, Le P’tit Train est dans mon top cinq. Top 5 de l’indice bonheur, de l’expérience en général.

1. Berlin. 2. Boston. 3. Rome. 4. P’Tit Train 5. Paris!

Au Canada, c’est définitivement le plus beau et agréable que j’ai fait. Comme c’est beau chez nous au Québec! Que ça sent bon. Cette course, c’est une ode à la couleur. Je n’ai cessé, pendant la course, de m’émerveiller de la beauté environnante. Souvent, quand je cours, je réfléchis aux courageux artistes qui tentent de reproduire la beauté de la nature. Comment font-ils pour ne pas se décourager, pour persévérer? Cette beauté insaisissable était présente tout au long du 42 km. Le ciel, le soleil, les arbres, le vent qui nous caressait tout doucement la peau et les rivières que nous avons longées. Elles étaient teintées de la dorure du soleil. Elles scintillaient tout doucement comme pour nous donner du courage.

Parlons maintenant des «vraies affaires»! Était-il vite ce marathon? Assez oui, si tu avais la sagesse de ne pas partir trop vite. Un marathon c’est long! Ce marathon peut permettre de faire une très belle performance. Mais, ne vous y trompez pas, tous les marathons ont le même défaut, soit de punir ceux qui ne les prennent pas au sérieux.

Maintenant, si vous êtes du type à utiliser beaucoup vos mollets pour la propulsion, ce marathon avec sa surface légèrement meuble sera un défi supplémentaire pour vous. C’est un 42,2 km fait pour nous convaincre d’utiliser son «core» et ses hanches pour avancer. Bien fait, ça va tout seul… ou presque! C’est comme danser. Dernier point technique: la surface. Agréable pour les articulations. J’ai débuté la course avec une douleur au genou et j’ai terminé sans douleur. Expliquez-moi ça les amis? C’était tout doux sur les articulations. Si vous n’êtes pas un habitué de l’asphalte, c’est un choix parfait pour vous.

J’ai adoré les bénévoles. Leurs sourires c’était du bonbon. Quelle ambiance! L’arrivée était magique. Très impressionnant, tout était superbement organisé.

Merci, merci, merci, Mme Handfield et M. Bordeleau. Merci à tous ceux qui ont embarqué dans votre rêve et vous ont soutenus.

Un 10/10 ce marathon. Quand est-ce que je peux m’inscrire pour la prochaine édition ? Faites-vous un prix spécial si on veut acheter les douze prochaines éditions d’un coup?

 

Rachelle-Béry Saint-Sauveur, Commanditaire officiel du Marathon du P’tit Train du Nord.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de