Le tai-chi… Ralentir avant tout!

Photo de Martine Laval
Par Martine Laval
Le tai-chi… Ralentir avant tout!

Le tai-chi fut initialement un sport de combat qui devint par la suite un art martial enseigné à l’armée impériale chinoise pour déjouer l’ennemi. De nos jours, la discipline est devenue une thérapie préventive basée sur l’équilibre dynamique des forces du Yin, issu de la terre, et du Yang, issu du ciel.  

Philosophie

La philosophie du tai-chi est la libre circulation du qi (prononcé tchi = énergie vitale) dans un corps souple et un esprit sain. La discipline regroupe des exercices visant à équilibrer le Yin et le Yang, tout en maintenant un bon état de santé général et une certaine vigueur. C’est dans cette optique que des millions de Chinois, en particulier les aînés, et de plus en plus d’Occidentaux, s’y adonnent de façon quotidienne, pour des raisons de  développement intérieur qui vont bien au-delà de l’entraînement physique.

Entretenir sa santé physique et mentale et augmenter sa vigueur et sa longévité sont ce qui est recherché des adeptes du tai-chi.

Pratique

Le tai-chi est une discipline corporelle comportant un ensemble de mouvements continus et circulaires exécutés avec lenteur et précision dans un ordre préétabli, mettant également l’accent sur la maîtrise de la respiration. La pratique vise entre autres à améliorer la souplesse, à renforcer le système musculo-squelettique et à maintenir une bonne santé physique, mentale et spirituelle. Selon ses adeptes, grâce à son côté méditatif et à l’extrême précision des gestes, le tai-chi permettrait d’apaiser le mental et d’améliorer la concentration, la vivacité d’esprit et la mémoire. Il favoriserait aussi une meilleure prise de conscience de soi et de son environnement et contribuerait à harmoniser le qi. Il forme l’une des cinq branches de la Médecine traditionnelle chinoise (MTC) : celle des exercices énergétiques.

Ce sont les mains qui, durant les enchaînements, guident les déplacements, captent et dirigent l’énergie, afin que le corps trouve son appui dans le Tan Tien, le centre de gravité situé un peu en bas du nombril. La prise de conscience du transfert lent et précis du poids du corps d’une jambe à l’autre, et le jeu d’alternance des bras et des jambes concrétisent parfaitement la pensée chinoise basée sur l’équilibre dynamique des deux pôles d’énergie, l’essence même du tai-chi. 

Les bienfaits

Le tai-chi n’exige aucune force physique. Exécuté correctement, il favorise la libre circulation de l’énergie, de la tête jusqu’à la plante des pieds. C’est un exercice mental et physique par lequel on apprend la détente, la concentration, la tranquillité, l’harmonie, la bonne respiration et l’équilibre. Il renforcit les muscles, assouplit les articulations, augmente le taux de calcium, diminue la pression sanguine, améliore la circulation et tant d’autres bienfaits pour ces maux actuels développés à force de positions stationnaires prolongées et de sédentarité.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de