L’école de la vie de Sylvain Miron

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
L’école de la vie de Sylvain Miron

Alors qu’il revient à peine d’un voyage de trois semaines en Europe en vélo tandem avec sa conjointe Isabel Ladouceur, le sportif et conférencier Sylvain Miron a des projets plein la tête pour les mois et les années à venir. Rencontre avec un homme résilient, passionné et… contagieux!

Depuis son Défi de l’espoir en 2011, durant lequel il a traversé le Canada à vélo en solo en mémoire de sa fille Andréane décédée par suicide et pour soutenir la cause de la prévention du suicide, Sylvain Miron n’a pas chômé. Sa conférence Je choisis la vie en a touché plus d’un, et depuis près de 10 ans, il s’implique chaque hiver dans le Défi de l’espoir Sommet Olympia au profit de la Fondation Tel-Jeunes. Aussi, depuis 2015, il organise le défi Je nage pour la vie à Blainville.
Aujourd’hui, ses yeux brillent alors qu’il me relate quelques aventures mémorables de son récent périple en Slovénie et en Italie : le quatrième de sa série Tandem la vie. « Lors de nos voyages de cyclotourisme, ce vélo devient notre maison, souligne d’entrée de jeu le cycliste de Sainte-Anne-des-Lacs. Un tandem de 50 livres avec 80 livres de bagages, ça ne passe pas inaperçu. À chaque détour, on fait des rencontres extraordinaires. »
Pour lui, le tandem, c’est l’école de la vie. C’est partager l’effort et donner un coup de pouce à son équipier dans les moments difficiles, c’est communiquer ses émotions en instantané, c’est partager des silences, c’est la joie d’être ensemble tout simplement.
« Le tandem n’est pas le choix de la facilité, précise Sylvain Miron. Ce type de vélo demande une bonne communication en permanence et des efforts constants, particulièrement dans les montées. Il nécessite une grande confiance en l’autre et une complicité de tous les instants. »
Sur leur route : des gens curieux et généreux, des paysages plus grands que nature. Leurs coups de cœur : le parc de Triglav et la Ville de Ljubljana, la diversité des paysages et, surtout, l’accueil des Slovènes!
« Pour l’hébergement, nous avons opté pour le camping, les auberges et chez l’habitant pour aller à la rencontre des gens et aussi sortir de notre zone de confort », confie Sylvain Miron.

De beaux projets dans la mire

Des projets, l’homme de 55 ans en a à la tonne. Celui qui est déjà encadreur pour le club L’Échappée à Saint-Jérôme a dans la mire de devenir guide de voyage à vélo quelques fois par année et il lance, du même souffle, que sa conjointe et lui rêvent déjà à leurs prochains voyages en vélo tandem : les Pyrénées d’ici deux ans avec leur fils Julien et l’Asie pour plusieurs mois dans quelques années.
D’ici là, il participera à son traditionnel voyage cyclosportif avec ses chums et se promet quelques belles sorties de vélo de montagne et de fat bike dans la région.
« Ultimement, j’aimerais organiser un défi de vélo pour les jeunes au Québec dans le but de promouvoir l’activité physique et le dépassement de soi, et toujours pour appuyer la Fondation Tel-Jeunes, ajoute-t-il. Je continue également à présenter ma conférence Je choisis la vie, dont le contenu évolue au fil du temps et de mon cheminement. »
À mettre à l’agenda : sa conférence La Slovénie et l’Italie à vélo tandem, un trésor bien gardé à la Maison des cyclistes de Montréal le 27 novembre (Voir sur le site Web de Vélo Québec pour plus d’informations).
À surveiller : il pourrait répéter l’expérience cet hiver dans les Laurentides en collaboration avec Espresso Sports.
www.sylvainmiron.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de