L’équipe Cardin part en campagne

Par Pierre SCHNEIDER

Élections à Piedmont

Confiant d’obtenir un troisième mandat de la part de ses concitoyens, le maire Clément Cardin entend placer sa plate-forme électorale sous le signe de la continuité.

Quand Accès lui demande pourquoi il entend solliciter un troisième mandat, alors qu’il pourrait profiter de sa retraite de septuagénaire, il s’empresse de répondre: «Je veux terminer les réalisations que j’ai entreprises depuis huit ans.»

 

Il rappelle avec fierté l’achat de la sablière Charbonneau, à qui on va redonner une vocation pour protéger les berges de la rivière du Nord, sa contribution à la création de la Réserve Alfred Kelly, ainsi que la protection à perpétuité des Falaises de Piedmont.

 

Le maire Cardin, qui se rend allègrement tous les jours à l’hôtel de ville à bord d’une petite voiture électrique ZEN, rappelle aussi l’ajout de trois parcs pour enfants avec jeux, une station d’exercice en plein air près de la gare de Piedmont et il insiste sur le fait qu’il a dans ses cartons un projet de parc canin qui devrait être très accueillant non seulement pour les animaux de compagnie mais également pour leurs maîtres, car ce serait fait sur une grande surface, dans un environnement de verdure.

 

«Ce sera au parc des Sablières où j’attends 800 voyages de terre d’Hydro», ajoute-t-il.

 

Pas de référendum

Quand on revient sur le sujet si controversé du projet de centre commercial sur le site des anciennes Cascades d’eau, il rejette l’idée d’un référendum.

 

«Mais, par ailleurs, afin d’unir tous mes concitoyens, les pour et les contre, le comité consultatif en urbanisme sera élargi et des porte-paroles des opposants seront appelés à y siéger», précise le maire Cardin.

 

«Je veux rallier tout le monde autour de ce projet qui ne ressemblera pas du tout aux grands centres commerciaux dénués de verdure, comme on en retrouve à Saint-Sauveur, à Laval et un peu partout au Québec. En fait, ce que je souhaite pour Piedmont, c’est un centre unique et très écologique. Un centre d’achat champêtre et non d’immenses stationnements asphaltés dénués de toute verdure.»

 

Clément Cardin se décrit lui-même comme un mordu de la politique, celle-là même qui lui donne une raison de vivre et de demeurer jeune de cœur depuis le décès de son épouse. Il se dit particulièrement fier du code d’éthique strict que tous les membres de son équipe ont du signer officiellement devant le notaire Voizard.

 

À la suite des départs de la vie publique de Nathalie Rochon, France Allard et Gilles Dazé,  trois nouveaux joueurs font maintenant partie de son équipe de candidats, soit Suzanne Nicholson, Pierre Salois et Marie-Claire Vachon.

«Regardez leur CV et vous verrez que ce sang nouveau sera bénéfique pour toute notre communauté», ajoute le maire qui, soit dit en passant, prend un plaisir à célébrer une douzaine de mariages par année.

 

Avant de mettre fin à l’entrevue, Accès a tenu à lui poser «la question qui tue»: «Avez-vous déjà eu recours à des organisateurs pour faire des élections clés en main, comme plusieurs ayant été dénoncés devant la commission Charbonneau?»

 

«Jamais. Jamais au grand jamais!, répond vertement Clément Cardin. Nous faisons nos élections avec un budget très modeste et ce sont nos contributions personnelles qui financent notre parti, de façon on ne peut plus légale.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de