Les aînés prennent la parole

Par Nathalie Deraspe

Bassin d’eau du Sommet bleu à Sainte-Adèle

Le 18 septembre dernier, la ministre responsable des Aînés était de passage dans la région dans le cadre de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés. L’événement a attiré près de deux cents personnes, ce qui constitue un vif succès.
«Après le Japon, le Québec est la deuxième société à vieillir le plus rapidement, confie Marguerite Blais. Plus que jamais, les 50 ans et plus doivent se projeter dans l’avenir et avoir une pensée prospective.»

Peut-on utiliser le potentiel créatif des aînés, questionne la ministre. Peut-être devrait-on communiquer davantage? Il n’existe pas de programme sur mesure, poursuit Mme Blais. Il y a des disparités régionales, des riches et des pauvres. Il faut donc que le idées viennent du terrain.

Cette tournée provinciale a pris naissance le 27 août dernier et prendra fin le 9 octobre prochain, après s’être arrêtée dans une vingtaine de villes de la province. Suite aux recommandations attendues en décembre de cette année, le gouvernement devrait adopter une série d’actions à court, moyen et long terme dans les années à venir.

Des aînés actifs

Les préoccupations de la population vieillissante oscillent souvent autour des mêmes thèmes. Tous espèrent des rapports d’impôts simplifiés, davantage de soutien pour les aidants naturels et une amélioration des transports. À Saint-Jérôme, le dossier de la radiothérapie a refait surface et les soins de proximité demeurent toujours une priorité.

Par ailleurs, plusieurs dénoncent le fait qu’on ne fasse pas plus appel aux aînés pour enrichir la société actuelle de leur savoir. Ils voudraient être considérés comme des êtres à part entière et non des gens qu’on délaisse dans l’oubli.
«Ce qui ressort dans les régions éloignées, soutient la ministre Blais, c’est cette formidable résilience et cette créativité à toute épreuve. Nos aînés sont très débrouillards. Ils mettent en place des groupes communautaires, se réseautent, s’informent. Et il faut le dire, le vieillissement n’est pas un poids ou une problématique, c’est une bonne nouvelle.» Le 30 septembre prochain, la ministre sera de retour dans la région pour animer une conférence intitulée «La force de l’âge, c’est de vivre son âge», à l’occasion de la Journée internationale des aînés organisée par la Table régionale des aînés des Laurentides et le CSSS d’Argenteuil.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de