Les citoyens appelés en consultation publique en octobre

Par Eric-Olivier Dallard
Les citoyens appelés en consultation publique en octobre

Plan d’action du bassin versant de la rivière du Nord

«L’actualité estivale dans les médias et le vif intérêt du public envers le phénomène d’expansion des les algues bleu-vert ont permis d’illustrer la place prédominante de l’eau dans la région, tout en rappelant sa vulnérabilité.»

Ces mots, tirés d’un communiqué de presse émis ce lundi par Abrinord, illustrent bien à quel point la situation est perçue comme importante par les intervenants municipaux.

Lors de cette conférence de presse, tenue au Parc régional MRC Rivière-du-Nord le 1er octobre dernier, Abrinord s’est dite prête à présenter en consultations publiques dès la mi-octobre son Plan directeur de l’eau (PDE) 2008-2012, fruit de trois années d’études exhaustives du territoire et d’un considérable travail de concertation.

Un événement qui marque une étape importante de la protection et la mise en valeur du bassin versant de la rivière du Nord et qui arrive à point pour la région, reconnue pour son abondance de cours d’eau dont la ressource est au cœur des activités économiques et récréotouristiques.
«La qualité de l’eau dépend étroitement de nos actions, et l’actualité environnementale nous aide à prendre conscience que nos actions dépendent aussi souvent de sa qualité», a tenu d’emblée à souligner André Goulet, président de l’agence de bassin versant de la rivière du Nord (Abrinord).

Neuf comités, regroupant des dizaines d’experts régionaux et les administrateurs d’Abrinord, on été mis à contribution afin d’énoncer des objectifs à atteindre et e proposer des solutions durables pour assainir l’eau que nous utilisons tous.

Le plan brosse un tableau de 69 mesures réalistes et prioritaires à adopter relativement à la forêt et à la voirie forestière, aux eaux de surface et souterraines, aux lacs et cours d’eau, à l’agriculture, aux milieux sensibles, à l’assainissement municipal et industriel, aux bandes riveraines et à l’érosion en milieu municipal, au récréotourisme, aux conflits d’usage, aux pratiques nautiques, etc.

Abrinord a pris soin d’impliquer, dans l’élaboration du PDE, tous les acteurs: les ministères, les MRC, les municipalités, les industries, les promoteurs, les législateurs, les agriculteurs, les citoyens. «En ce sens, le Plan représente, à nos yeux, une véritable réussite collective. Mais attention, il est important de répéter qu’Abrinord joue le rôle de catalyseur et de coordonnateur. Il revient à tous les acteurs de l’eau, aux citoyens, à chacun de nous de prendre en charge le plan d’action et de poser un geste pour redonner à l’eau la place qui lui revient au sommet de nos priorités», précise M. Goulet.

Retour sur la semaine dernière: Le plan en question!

Le plan d’intervention déposé lors de la clôture du rendez-vous de mardi de la semaine dernière par le gouvernement Charest propose 35 mesures qui seront en force d’ici les 10 prochaines années, grâce à l’injection de près de 200 M$ dont 113 M$ d’argent neuf.

Parmi celles-ci, notons le renforcement des pouvoirs municipaux, un soutien financier aux MRC les plus touchées, des investissements en agriculture pour prévenir la pollution diffuse, l’ajout de 15 inspecteurs en environnement, un règlement sur l’abolition des phosphates dans les détergents et la mise en place de projets-pilote pour la restauration des lacs et des cours d’eau. De plus, le gouvernement entend augmenter à 700 le nombre de lacs qui feront l’objet d’un suivi et donner son appui à une dizaine d’équipes de recherche et de développement technologique. De son côté, la ministre Nathalie Normandeau, des Affaires municipales, promet de réduire de 20% les débordements des municipalités dans les lacs. Pour l’instant, 125 d’entre elles n’auraient pas d’équipement pour traiter leurs eaux usées. Finalement, l’approche par bassin versant est considérée comme «très intéressante». «Un jour on ne dira plus de quel village tu viens, mais de quel bassin versant tu viens?», a dit à la blague le premier ministre, avant de clore la rencontre.
À cet effet, cinq préfets du territoire, qui s’étend sur 2 200 km carrés, compte sept MRC, 36 municipalités, et 4 000 km de cours d’eau, ont profité de l’occasion pour mettre en lumière leurs plus importantes réalisations en lien avec le Plan directeur de l’eau (PDE): plusieurs de ces réalisations seraient en voie de faire l’objet d’une signature d’entente de bassin versant.

Les préfets ont présenté d’une même voix leurs engagements respectifs envers le Plan directeurs d’Abrinord par le biais de divers projets ou initiatives, notamment, de vérification des installations septiques, d’infrastructures en assainissement des eaux usées, de réglementation diverses pour la régénération et la protection de lacs et cours d’eau, de campagnes de sensibilisation, de projets de reboisement, de recherche et développement, de mise en valeur des plans d’eau, d’adoption d’une charte pour la protection des lacs et des cours d’eau…

Comme mentionné par le représentant du MDDEP (ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs), présent à la conférence de presse, le début du processus de mise en œuvre du plan directeur de l’eau est bel et bien entamé dans la région, ce qui la positionne résolument comme chef de file dans l’approche de gestion par bassin versant, tel qu’établi dans la Politique nationale de l’eau en 2002.

Tour à tour, les préfets du territoire et le MDDEP ont tenu à souligner l’excellence du travail et le leadership dont Abrinord sait faire preuve. Et du même souffle, ils ont invité les citoyens à relever le défi de poser des gestes concrets et à assister aux consultations publiques qui se tiendront le 15 octobre à Sainte-Agathe-des-Monts, le 23 octobre à Lachute, le 24 octobre à Sainte-Adèle et le 25 octobre à Saint-Jérôme.

Pour de plus amples renseignements, visitez www.abrinord.qc.ca/consultations ou encore composez le 450-432-8490.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de