Les copains d'abord

Par Denyse Pinsonneault

Y a des faces à claques naturelles qui sont chiantes et peu attirantes, même pour l’amitié. Y a également des faces longues et repoussantes de victimes qui n’ont pas encore compris l’message… Y a finalement celles qui parlent seulement et constamment de leurs maladies. Celles-là, j’peux absolument pas les piffer! J’les fuis comme la peste!

Mais, tout l’monde a besoin d’un ami, plus encore quand on devient vieux et qu’on vit seul ou quand on perd son conjoint. Un ami véritable c’est quelqu’un qui va me dire quand je fais une folle de moi et quand je m’en vais direct dans le précipice avec mes lumières éteintes. Moi, j’ai mon amie Mimi qui fait ça pour moi (je la surnomme affectueusement Madame Bec Sec). Elle me remet toujours les yeux en face des trous quand j’me mets à divaguer! Pourtant, quand je l’ai rencontrée, elle me faisait tellement chier, c’est ben pour dire. J’vois pas toujours ce qui est bon pour moi à la première rencontre…

 

Un ami vrai, c’est quelqu’un qui va me forcer à me faire du bien, même quand ça me tente plutôt de me faire du mal, au risque que je lui en veuille pendant un certain temps. Plus j’avance en âge et plus j’en a besoin. L’amitié c’est le contraire de l’isolement et du rapetissement intellectuel : c’est la redécouverte de plein de petits plaisirs, la renaissance de partages de toutes sortes, c’est le baume qui rend le difficile de la vie supportable. L’amitié, ça nous rend meilleur et tellement plus beaux ! J’aime la vie passionnément et j’aimerais tellement que nous soyons tous inspirés par cette merveilleuse phrase d’Eleonor Roosevelt : « Les belles personnes sont des accidents de la nature mais les belles personnes âgées sont des oeuvres d’art ! » Moi j’veux surtout pas de vieilles sacoches aigries par la vie autour de moi, c’est-y clair ?

 

Trop de personnes de mon âge tendent maintenant à s’isoler. Est-ce par choix ou carrément par manque de talent social qu’on se cache ainsi? Pourtant, c’est nous qui avons le plus besoin d’un ami véritable pour nous accompagner quand on « pogne » un dos d’âne. Nos enfants ont beau nous aimer mais ils ont leur propre vie à vivre. Ils sont très occupés à survivre et n’ont même pas assez de temps pour eux-mêmes. Et, plus on vieillit, moins il reste de gens qu’on aimait aux alentours. Alors, on doit se pousser dans l’derrière et ouvrir à nouveau notre cœur et se sortir le cou ! On est tous bâtis différemment mais bien peu d’entre nous sommes des solitaires de naissance. On n’a pas tous le même talent pour se faire des amis et, à l’école, on ne nous a pas enseigné l’adage qui dit que : « La meilleure façon d’avoir un ami, c’est d’en être un! » qui nous aurait été bien plus utile dans la vie que le tas de balivernes insignifiantes qu’on nous faisait apprendre de force. Mais, il n’est jamais trop tard pour l’apprendre…Alors Mimi, à quand notre prochaine bouteille?

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de