Les Zébres: trois partenaires pas ordinaires

Photo de Martine Laval
Par Martine Laval
Les Zébres: trois partenaires pas ordinaires

«Le zèbre est un animal qui détonne complètement dans la Savane, avec ses rayures noires et blanches. Il est également original, excentrique, et ne fait rien comme les autres, si l’on pense à celui d’Alexandre Jardin», dit Michel Lamacchietta. 

Le restaurant Les Zèbres à l’entrée du village de Val-David, c’est Ça. Un endroit qui détonne avec l’architecture avoisinante, un resto branché aux attentes actuelles d’une clientèle qui recherche constamment le changement, l’épatement, l’excitation de la nouveauté. 

Les Zèbres, se nomment Yann Invernizzi, Michel Lamacchietta et Jason Browmer, trois gars du Nord, ou qui ont désiré le devenir, et qui s’éclatent en restauration tout en s’offrant une qualité de vie, loin de la folie de la grande ville. 

Le chef, c’est Jason. Il a roulé sa bosse pendant 15 ans dans les plus grands restaurants, a fréquenté des chefs qui l’ont inspiré, pour décider en bout de ligne, qu’il désire vivre de sa créativité, faire les choses en cuisine comme il l’entend et offrir une qualité de vie à sa petite famille. Cette latitude il l’a trouvée auprès de Yann et Michel qui de leur côté n’avait besoin que de ce troisième maillon à leur chaîne pour compléter leur goût de l’aventure gastronomique et offrir une cuisine du marché contemporaine. 

Les plats sont préparés en majorité et dans la mesure du possible à partir de produits du Québec ou provenant de ressources renouvelables et/ou d’agriculture contrôlée respectant l’environnement. «Notre relation avec nos fournisseurs est primordiale. Ils comprennent notre philosophie avant-gardiste et nous offrent ce qui est disponible selon la saison et le marché, dans l’optique constante du renouveau», raconte Jason.

 

Diversité, qualité, fraîcheur du marché, prix stables et justes sont les mots qui qualifient le menu des Zèbres. Modifié chaque semaine, on y offre l’équilibre des saveurs entre gourmandise et santé, présenté avec esthétisme, servi avec distinction. Ce que l’on goûte en bouche est ce que l’on choisi en mots. «Si je sers un Tartare d’omble de l’Arctique au soya, gingembre, tobiko, sésame, échalottes frites, nouilles Soba et feuilles de riz croustillantes, c’est exactement les saveurs que détecteront nos papilles gustatives à chaque bouchée, décrit Michel. Les sauces ne camoufflent pas le goût de l’élément principal non plus.»

 

Même chose pour la carte des vins qui change régulièrement. Il y a des nouveautés dans chaque catégorie, tout le temps. Chaque vin choisi est goûté. Plusieurs viennent d’importations privées. «Nous sommes tous des sommeliers sur le plancher. Au moment de choisir un vin à une table, nous écoutons les goûts, nous posons des questions, puis nous proposons. Tout se déguste à la bouteille ou au verre.» 

 

Lorsque je parle de spécialités, on me dit qu’il y a des plats qui demeurent sur le menu parce qu’en demande constante comme certaines Tapas: Magret de canard séché maison, poireaux frits, caramel de Xérès, ou le Pogo de merguez, aïoli à la moutarde de Meaux, ou les Falafels maison, mayo au tahini et citro;, ou dans les entrées, le Tartare d’omble décrit plus haut. Mais en fait la spécialité des Zèbres, c’est les philosophie des trois partenaires qui est d’offrir le renouveau à toutes les semaines, d’offrir du bonheur et du bon temps.

 

Le menu en cours est toujours affiché sur leur site

 www.restaurantleszebres.com.

Les plats sont disponibles pour emporter. 

 

Les Zèbres

2347, de l’Église

Val-David

819-322-3196

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de