L’exposition bilan d’Éric Ladouceur

Photo de Martine Laval
Par Martine Laval

Avoir / Savoir / Pouvoir au MACL

Du 15 septembre au 3 novembre, le Musée d’art contemporain des Laurentides (MACL) présente Avoir / Savoir / Pouvoir,  la toute première exposition bilan consacrée à l’artiste multidisciplinaire Éric Ladouceur. Puisant dans plus de douze ans de création de l’artiste, la commissaire

Geneviève Goyer-Ouimette a réalisé ce projet d’envergure,  présenté en deux volets complémentaires au Musée d’art contemporain des Laurentides (Saint-Jérôme) et à la Galerie Graff (Montréal).

 

Multiforme, l’éclectique production de Ladouceur tisse des liens dissonants entre l’univers de l’enfance et celui des adultes. Ses œuvres, telles des «miroirs grossissants», pointent les rapports de pouvoir et d’endoctrinement qui s’opèrent dans notre société de consommation, et ce, depuis le plus jeune âge.  L’ironie sert de déclencheur à chacun de ses projets. En utilisant une imagerie connue de tous (super héros, blasons médiévaux, marques de vêtement, etc.), les innombrables pièces de Ladouceur sont autant de questionnements face au monde dans lequel nous évoluons. Les rapports hiérarchiques et les modes de classifications sont pour l’artiste, des sources d’inspiration intarissables.

 

Deux séries détournent la figure du super héros: Through Super Heroes (2000) constitués de cartes de super héros aux revers déroutants, et Capitaine Midas (2001-2011) regroupant des captations de performances mettant en scène un anti-héros.

 

Deux autres séries intègrent, quant à elles, la représentation animale : Mode dépilatoire (2003-2007) propose une relecture des marques de vêtements à l’effigie d’animaux, et Embarque dans mon char (2010) des capots de voitures transformés en blasons médiévaux géants. Devoir d’empathie (2012-2013) est la dernière série présentée au Musée, il s’agit d’une œuvre monumentale proposant 68 autoportraits grimaçants de l’artiste mimant des faciès de «mèmes» (série d’illustrations tirées de la culture Web).

 

Pendant ce temps à la Galerie Graff à Montréal, un tableau géant, qui n’en est pas un, prend tout l’espace principal de la Galerie. La ferme des animaux  est une frise constituée de 60 panneaux de bois sur lesquels sont représentés des animaux enluminés à la feuille d’or. Cette pièce majestueuse traite, entre autres, du discours sucrés du mensonge tout en abordant l’idéal religieux de façon iconoclaste. Ce deuxième volet est à explorer du 19 septembre au 19 octobre

 

Ouvert du mar. au dim.de 12 h à 17 h.

MACL

101, place du Curé-Labelle

Saint-Jérôme, 450-432-7171

www.museelaurentides.ca

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de