Manifestation à Val-David

Par Ève Ménard (journaliste de l'initiative locale)
Manifestation à Val-David
Natalie Klein (à droite) était la principale organisatrice de l'évènement. (Photo : Ève Ménard)

Démontrer de la solidarité et exiger le changement

Le dimanche 20 juin dernier, une vingtaine de personnes se sont rassemblées devant l’Église de Val-David afin de manifester leur soutien au mouvement #BlackLivesMatter.

 

« Merci à tous de vous être joints à nous. C’est un espace pour les Laurentides afin de montrer notre solidarité envers un mouvement important et d’exiger le changement », a exprimé d’entrée de jeu la principale organisatrice de l’évènement, Natalie Klein.

Gabriel Bazin, vice-président de la Ligue des Noirs du Québec, Max Stanley Bazin, porte-parole de la Ligue des Noirs du Québec ainsi que Gothard Arsenault, cofondateur de Bon Manjé!, seul restaurant de cuisine antillaise et africaine dans les Laurentides, étaient présents sur place afin de s’adresser tour à tour à la foule.

Une lutte qui se poursuit

Le vice-président a pris la parole le premier, soulignant qu’il s’agit présentement d’un « réveil mondial » et remerciant les gens de leur présence et de leur implication dans cette lutte que l’organisme mène contre le profilage racial et le racisme depuis plus de 50 ans. « Vous nous encouragez dans la lutte pour l’égalité et la justice. Nous vous en remercions », a-t-il lancé.

« La situation est telle qu’à chaque jour, il y a des individus qui souffrent, des individus qui pleurent. Pourquoi? Parce qu’ils sont traités de manière différente, de manière inégale alors qu’ils devraient avoir un traitement égal », a affirmé pour sa part le porte-parole de la Ligue des Noirs du Québec. « Les distinctions de profilage racial c’est interdit. La discrimination systémique c’est interdit. Et pourtant, ça existe. Pourtant, nous sommes confrontés à ça. Il faut agir, nous n’avons plus le choix », a-t-il poursuivi.

Du racisme constant

Gothard Arsenault a cofondé le restaurant Bon Manjé! qui a ouvert ses portes le 20 avril 2019. Arrivé au Québec en 2008, il a pris le temps d’expliquer son parcours personnel, lui qui a tout d’abord travaillé en santé, étant un infirmier de formation. Il raconte avoir pris conscience de la présence de racisme tout au long de son cheminement, de ses études à la création de son restaurant. « J’ai travaillé à peu près partout au Québec et le constat, il est simple : le racisme existe. »

Gothard raconte en avoir vécu dans la dernière année autant de la part de clients que d’employés ou même de voisins. « Il y a un voisin qui est entré dans le restaurant un jour. Il m’a dit : c’est toi le gars qu’on voit sur l’internet, c’est à toi? J’ai répondu oui. Il a dit : toi ta bouffe de noir on veut pas ça ici. Le racisme on le vit à tous les niveaux, à tous les jours, il est constant, il est omniprésent. »

Le cofondateur de Bon Manjé! a terminé son discours en proposant trois pistes de solution afin de combattre le racisme dans notre société; le dénoncer, en parler autour de nous et encourager le vivre-ensemble. « Il faut en parler à nos enfants, il faut leur parler des effets du racisme. Personne ne nait raciste. Les gens sont éduqués à devenir racistes. C’est donc d’en parler à nos enfants, à notre entourage pour que tout le monde sache que l’inégalité, le racisme, traiter les gens différemment en raison de leur couleur de peau, ce n’est pas acceptable », a-t-il lancé, lui qui était accompagné de ses deux filles.

Un moment de silence d’une durée de neuf minutes a suivi les discours et au cours duquel les participants étaient invités à s’agenouiller. Il s’agissait d’un moment symbolique au fait que le policer fut agenouillé sur le cou de George Floyd pendant tout près de neuf minutes.

Un combat essentiel

Kathy Poulin, mairesse de Val-David, était aussi présente lors de la manifestation. « Je remercie les organisateurs d’avoir fait cette belle mobilisation ici dans les Laurentides parce que souvent, nous n’en parlons pas. Et c’est important d’en parler, de l’importance de dénoncer les actes racistes », nous a-t-elle confié.

« C’est une conversation importante qu’il faut avoir dans les Laurentides. La vie des noirs et des personnes de couleur est importante ici aussi. […] Nous devons grandir en tant qu’individus dans un monde qui a besoin que nous continuons d’apprendre et désapprendre », a affirmé Natalie Klein en clôture de l’évènement. « Maintenant que le racisme systématique est au premier plan de la conscience mondiale, ne laissons pas cela s’estomper. Ne passons pas à la prochaine crise, à la prochaine grande chose. Parce que le problème ne disparaît pas lorsque les caméras le font. C’est un combat à vie. Ça ne devrait pas l’être, mais ce l’est. »

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Pierre Beaudoin Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Pierre Beaudoin
Invité
Pierre Beaudoin

Une fois tous les 4ans juste avant les élections américaines les démocrates deviennent soudainement pro noires, humm intéressant; il y a du George Soros la dessous. Peu importe Donald Trump va être réélu lui qui aide réellement les noires, les latinos et autres ethnicite américaine a se sortir du rejet et deni des démocrates. Dans 3 semaines la vérité sera exposé au yeux et oreilles de tous . Black Lives matter au même titre que all Lives matter, prouver le contraire est impossible.