Mario Jean reprend sa tournée « Aller de l’avant »

Par Marie-Catherine Goudreau
Mario Jean reprend sa tournée « Aller de l’avant »
(Photo : Junior Bombardier (Roy Turner))

Théâtre des Pays-d’en-Haut

Nous avons parlé à l’humoriste et comédien Mario Jean, qui sera à Saint-Sauveur pour un mois cet été. À travers ces mois difficiles, l’humoriste en tire du positif, mais il a très hâte de retrouver enfin son public.

Comment se sont passés les derniers mois en confinement ?

C’était un peu en montagnes, au début c’était très agréable : il n’y a rien de mal à prendre une petite pause, surtout quand tout le monde la prend. Après vient l’angoisse et l’incertitude quant à l’avenir. On n’avait pas de dates et on ne savait pas vraiment où on s’en allait. Essayer de trouver une façon de se – je n’aime pas ce mot – « réinventer », mais moi ça fait 30 ans qu’à chaque année, j’essaye de me réinventer ! En plus, nous les humoristes, sommes tributaires des salles de spectacles et des producteurs, donc ce n’était pas vraiment à nous que revenait la décision de faire ou non un spectacle.

Qu’est-ce qui nous attend pour ce nouveau spectacle ?

Comme j’étais en tournée lorsque la pandémie a commencé et que le spectacle fonctionnait très bien, nous avons décidé de reprendre le même spectacle, mais évidemment il y aura un petit « plus ». Je ne peux pas faire autrement que de teinter un peu le spectacle de ce qui s’est passé dans les derniers mois. Malgré cela, ça va rester le même show parce que je crois que les gens veulent se faire parler d’autres choses aussi !

Croyez-vous que le confinement et la pandémie ont été une source d’inspiration ?

À travers ce qu’on a vécu, il y a eu des choses totalement ridicules et je crois que la meilleure façon de désamorcer une tragédie ou quelque chose de négatif, c’est d’en rire. Donc dans ce sens, il y a certaines choses qui m’ont inspiré dans mon écriture, mais à un certain moment, j’ai eu un blocage. Je peux bien écrire, mais j’ai besoin d’un but, une scène, un public ou une émission de télévision, mais là on n’avait rien, c’était un peu démotivant.

Après avoir été plusieurs mois sans spectacle devant le public, comment vous sentez-vous à l’approche de cette « première » ?

Quand on m’a appris l’annonce de ce nouveau spectacle à Saint-Sauveur, ça été vraiment extraordinaire ! J’avais vraiment hâte de retrouver mon public et de voir enfin la lumière au bout de ce tunnel. Je crois aussi que le public a hâte de retrouver cet amusement et ce genre de spectacle. Je pense que les gens ont besoin d’avoir du fun et du plaisir, comme nous – les humoristes – avons besoin de s’exprimer.

Vous avez décidé, comme plusieurs humoristes, de présenter un spectacle dans un ciné-parc. Quels sont vos attentes ?

Je n’ai aucune idée à quoi ça va ressembler vraiment ! On parle beaucoup de se réinventer, que ce soit par les réseaux sociaux, des salles de spectacle virtuelles, mais je crois que peu importe, il n’y a rien qui remplace un spectacle vivant, c’est-à-dire d’être sur scène, avoir un public devant soi et de voir les réactions en direct.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de