Mascarade

Par Jean-Claude Tremblay
Mascarade
jctremblayinc@gmail.com

Patience. Tolérance. Empathie. Je me répète ces mots comme un mantra, surtout ces temps-ci, lorsque j’entends certaines personnes déchirer leurs chemises, au nom des droits et libertés que les méchants gouvernements partout dans le monde persistent à leur enlever. J’ai de la misère… de la misère à croire qu’après 729 768 décès sur le globe liés à la COVID-19, on entend encore des gens dire que c’est juste « une grippe », tout en revendiquant le droit de
se « fabriquer des anticorps » en ne portant pas de masque, imposant ainsi à leur tour, leurs propres idéaux aux autres, à des fins purement individualistes.

 

Plusieurs s’en prennent verbalement et physiquement à des reporters, et se questionnent ensuite à savoir pourquoi les méchants médias ne viennent pas couvrir leur manifestation de quartier – règle générale, ce sont les mêmes qui s’enlacent langoureusement en plein écran, en signe de courage extrême et de contestation de l’autocratie du « Seigneur Vader Legault », et du gros salaire d’« Arruda, ce vaurien qui n’est même pas un scientifique ».

Un concours de celui qui fait pipi le plus loin, sérieux ? … quand New York enterre des morts liés au virus dans une fausse commune sur Hart Island, et que nos aînés, nos immunosupprimés et nos autres concitoyens en situation de vulnérabilité ont vu leur vie prématurément fauchée gracieuseté de cette pandémie, dont vous estimez les mesures sanitaires exagérées ? Je vous le dis… il y a seulement 14 % d’opposants au port du masque selon le récent sondage CROP, mais on dirait parfois qu’ils sont 90 % à en juger par la prolifération de conneries sur les réseaux sociaux et ailleurs dans l’espace public.    

Politicailleries

En ces moments solennels où nos gouvernements devraient logiquement serrer les rangs et travailler ensemble pour le bien commun, en informant objectivement la population et en tablant collectivement sur des solutions, plusieurs se court-circuitent et font de la petite politique. Le fédéral s’ingère en publiant des « directives » quant au port du masque à l’école, la chef de l’opposition ici a quasiment dit que la CAQ avait tué des gens délibérément, avant de promettre de jouer plus que jamais son rôle de « chien de garde » à l’Assemblée nationale. Du grand leadership ; ça fait peur pour la suite… mais tout est relatif.       

Je n’ai jamais cru en la hiérarchisation de la douleur, mais j’ai toujours trouvé essentiel de remettre les choses en perspective. 158 morts, 6000 blessés, 300 000 sans-abri. Ça, c’est suite à la récente explosion au Liban, ce pays classé au 42e rang des pays les plus cor-rompus selon l’organisation Transparency International. Depuis ladite déflagration, qui aurait pu être évitée, des manifestations d’une violence perturbante ont lieu en continu, afin de lutter contre un régime politique qui maintient la moitié du peuple dans la pauvreté la plus totale depuis trop longtemps (et je passe grossièrement par-dessus la guerre civile, qui s’est étendue de 1975 à 1990 faisant jusqu’à 250 000 victimes). Ça… c’est un vrai problème avec de sérieuses contraintes.

Je ne sais pas si c’est de l’ignorance, de la stupidité volontaire ou un manque d’objectivité, mais à ceux qui pensent que porter le masque brime les libertés, et comparent la loi de la santé publique à une dictature, revisitez donc l’histoire de Nelson Mandela, celui qui a passé plus de 27 ans dans une (vraie) prison. Il a déclaré un jour, qu’être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes, c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. On parlait alors de ségrégation, on parlait de l’apartheid, pas du droit suprême d’accéder au Tim, ou à un dépanneur 24/7, sans masque, en toute liberté, afin d’acheter des beignes ou des chips pour retourner s’asseoir devant sa grosse TV.

Ah puis laissez tomber… c’est trop sérieux tout ça, et en plus, personne n’aime la chicane ni les débats d’idées. Les enfants vont faire une belle rentrée, qu’ils soient en bermuda ou en habit de plongée et « ça va bien aller ». Bonne nouvelle, le Canadien est en série. La merveille masquée est en feu, je vous le dis, ça sent (encore) la coupe.

Partager cet article

4
Laisser un commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Suzanne HébertGuy J.J.P. Lafondmanon st-denisAndre Lariviere Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Andre Lariviere
Invité
Andre Lariviere

Bonjour, Je suis tellement d’accord avec vous… Vous m’arrachez les mots de la bouche, je penses exactement comme vous. Continuez à dénoncer la bêtise humaine, encore et encore. Moi aussi j’en peu plus de voir circuler tous ces propos incendiaires non fondés.

manon st-denis
Invité
manon st-denis

Je ne pense pas que la comparaison soit efficace pour aider à relativiser des souffrance… est-ce que cela aide vraiment d’utiliser le sentiment de culpabilisation pour refouler ou nier des sentiments bien réels? Moi ça ne m’aide pas du tout quand j’ai mal et me dire que c’est pire ailleurs c’est une façon de détourner l’attention tout simplement. Et c’est bien peu d’empathie vers les gens que de leur faire savoir qu’on se plaint pour des pacotilles, cet article ne devrait pas être publié car vous vous positionner en moralisateur et à mon avis très loin du journalisme de fond.… Lire plus »

Guy J.J.P. Lafond
Invité
Guy J.J.P. Lafond

Merci pour cette réflexion, M. Tremblay. Nous vivons des temps d’incertitude et de turbulence, en effet. Un virus que les scientifiques connaissent peu, parcoure l’ensemble de la planète et nous dérange tous dans nos habitudes, nos routines et aussi, et surtout, dans la manière dont nous faisons l’économie sur Terre. Nous entrons dans une ère de questionnement. Qu’avons-nous donc fait à la Nature? Qu’avons-nous donc fait à notre planète? Naturellement, on dira que c’est la faute de son voisin, ou bien d’un tel pays. Mais le moment serait-il venu d’être plus humble devant tout ce qui nous arrive? Le moment… Lire plus »

Suzanne Hébert
Invité
Suzanne Hébert

Sincèrement décevant votre article. Je vous ai souvent lu avec intérêt. Sur ce sujet, vous avez perdu mon admiration. Je trouve la couverture de cette pseudopandémie totalement biaisée par le fait qu’aucun débat n’est permis. Censure absolue…. sous peine de sanctions. Les médecins sont muselés, les infirmières le sont aussi. Un microbiologiste a vu sa vidéo supprimée alors qu’il expliquait pourquoi les masques ne sont pas efficaces. Dr Raoult devient un incompétant, de même que Dr Perronne et tous ceux qui ne suivent pas le narratif. Et ils sont de plus en plus nombreux. Je peux deviner que vou s… Lire plus »