Mathieu Mathieu : « On m’a voulu artiste et on m’en a donné le nom! »

Photo de Martine Laval
Par Martine Laval

En accolant le prénom Mathieu à son nom de famille, Mathieu, les parents traçaient le chemin de cet enfant qu’ils désiraient artiste et qui se moulera au désir de ses procréateurs, deux amoureux de la culture québécoise.

Devenu auteur-compositeur-interprète, Mathieu Mathieu lancera son 6e album à la Gare de Prévost le samedi 10 novembre dans un spectacle gratuit.

Mathieu Mathieu est le fils de Gilles Mathieu, le fondateur de La Butte à Mathieu à Val David. Doyenne des boîtes à chansons au Québec créée par amour de la culture et de l’identité de notre peuple créatif, c’est en ce lieu mythique où se mêlaient chanson, théâtre, jazz et poésie que les grands auteurs-compositeurs de l’histoire de la chanson québécoise ont fait leur début entre 1959 et 1976.

Bien qu’il n’avait que trois ans lorsque La Butte à Mathieu ferma ses portes, Mathieu « Legrand » Mathieu (ajout du nom de sa mère) a entendu parler toute sa vie de ce lieu où s’est identifiée la culture de chez nous.

C’est donc sans poser de question que très jeune, il apprit le piano et fit de la musique.

« Mon père aimait tout ce qui représentait le Québec et il avait le flair de reconnaître le talent des artistes à qui il offrait une plateforme pour être connu, raconte l’héritier d’une  passion qui a forgé sa destinée. Comme on n’échappe ni à ses origines ni à ses racines, poursuit-il, mon père m’a beaucoup influencé en me parlant de son appartenance à notre culture et à nos artistes. C’était pour lui un idéal à recréer. Il a tout fait pour que je devienne artiste et m’a même donné un nom qui m’orientait! J’ai donc adopté cet idéal de faire de la musique et d’en vivre, ce qui ne fut pas une décision, puisque ça faisait partie de moi. J’ai toujours senti que j’étais une personne artistique, et non quelqu’un qui voulait devenir artiste. »

Mathieu Mathieu lancera son 6e album à la Gare de Prévost qui lui rappelle ses flâneries, alors que demeurant à Shawbridge, au lieu de prendre le P’tit train du Nord pour se rendre à la polyvalente, il marchait le long de ce qui n’était pas encore la piste cyclable, et écrivait ses premières chansons.

Plus tard, la gare deviendra le point de départ de plusieurs projets et tournées.

Aujourd’hui, suite à ses multiples intrusions musicales, Mathieu devient « Branché » (5e album), puis « Débranché » (le 6e) où il chante l’état des lieux et ce qu’il en est de notre vie et de nos liens lorsque qu’on s’éloigne des écrans qui nous happent et nous hypnotisent et qu’on se rend compte qu’on est plus atteint qu’on ne le croyait.

« Branché », des chansons authentiques dans le contenu, mais électriques dans le contenant. « Débranché », un retour à la simplicité dans l’approche qui nous ramène à soi quand on prend le temps de s’observer et qui témoigne des liens, une fois qu’on en sort. Moins d’enrobage, plus de vérité, à une époque où tout se joue pour l’humanité.

N’est-ce pas ce que la culture raconte : d’où l’on vient et où l’on va ?

Mathieu Mathieu à la Gare de Prévost le 10 novembre, 19 h   Gratuit

www.mathieulegrandmathieu.net

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de