Maveric Lamoureux est classé cinquième parmi les espoirs québécois

par Luc Robert
Maveric Lamoureux est classé cinquième parmi les espoirs québécois
Maveric Lamoureux pourrait être choisi au 1er tour, au repêchage de la LHJMQ. (Photo : Courtoisie)

Repêchage junior majeur

Le défenseur Maveric Lamoureux, des Élites de Jonquière de la Ligue midget AAA du Québec, est répertorié au cinquième rang de la liste finale du repêchage 2020, publiée par la Centrale de soutien au recrutement (CSR)
de la LHJMQ.

 

Appelé à passer des entrevues virtuelles par 17 des 18 formations de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), le géant sophien piaffe d’impatience avant la tenue du repêchage annuel du circuit Courteau, qui se tiendra ce vendredi 5 et samedi 6 juin.

« Je m’attendais à voir mon nom parmi les espoirs du premier tour, mais jamais aussi haut dans la liste. Je suis honoré d’avoir pu convaincre les responsables du classement. Reste maintenant à savoir où et quand je partirai. Ayant étudié et joué en Ontario par le passé, puis au Saguenay cette année, je n’ai aucune préférence quant à ma destination. Même au Cap-Breton, ça m’irait. Je suis habitué aux changements réguliers de pensions», a laissé savoir le défenseur de 6′ 04 » et de 180 livres.

La LHJMQ présentera sa première ronde de sélections vendredi, alors que les autres échelons suivront samedi.

« J’ai participé à un «combine» (tournoi d’évaluation) des 40 meilleurs joueurs du Québec et des Maritimes, en décembre dernier, à La Baie. Le tournoi m’a insuflé encore plus de confiance en moi ».

Lamoureux devra limiter ses célébrations à son domicile de Sainte-Sophie, en raison de la pandémie.

« J’ai maintenant fait la paix avec ça. On rêve depuis qu’on est petit d’entendre son nom au micro dans l’aréna, et puis de pouvoir aller endosser le chandail de ton nouveau club, sur l’estrade. Ça sera toutefois chez-moi, devant l’écran, que je suivrai le déroulement du repêchage 2020 de la LHJMQ. Au moins, je serai avec mes proches».

Ses chiffres de la dernière campagne (54 minutes de punitions en 38 p.j., 2b et 12 aides, avec un différentiel de + 2) dénotent les capacités d’un joueur robuste, même s’il préfère être reconnu pour son jeu équilibré.

« J’espère être reconnu comme un joueur intense et solide. Disons que les questions des organisations ont plus porté sur mes intérêts personnels. Ils voulaient savoir le genre d’école que je recherche et mes goûts ».

Son agent Dominic DeBlois, fils de l’ancien professionnel Lucien DeBlois, tient son jeune client loin des réflecteurs.

« Dom ne veut pas me stresser avec l’encan junior. Je sais que les joueurs de 16 ans ont souvent un rôle très limité dans le LHJMQ, à mon âge. Mais avec mon talent, je veux faire ma place dès le prochain camp d’entraînement. Au pire des cas, il me reste encore deux autres années d’éligibilité au midget AAA ».

Maveric Lamoureux a de bonnes références au sujet de la LHJMQ, puisque son père Patrick a évolué avec les Bisons de Granby, de 1991 à 1994.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de