Mieux comprendre la fibromyalgie

Par Valérie Spitzer
Mieux comprendre la fibromyalgie

La fibromyalgie a longtemps été perçue comme une maladie imaginaire. Pourtant, elle est bien réelle pour tous ceux qui en souffrent et elle est aujourd’hui reconnue sur le plan médical. Il s’agit d’un trouble d’hyperexcitabilité du système nerveux central.

Ses symptômes: ils peuvent différer d’une personne à l’autre. Une fatigue chronique s’installe, mais aussi des douleurs ininterrompues dans tout le corps, des démangeaisons, acouphènes, troubles cognitifs, etc. Afin de mieux comprendre ce qu’est la fibromyalgie, j’ai communiqué avec Paule Mongeau, psychologue à Saint-Sauveur, spécialisée dans les cas de fibromyalgie. Elle possède plus de quarante ans d’expérience et a notamment travaillé en milieu hospitalier. J’ai également rencontré Francine St-Jean, anciennement thérapeute en relation d’aide et naturothérapeute. Elle-même a été atteinte de fibromyalgie à un stade sévère et elle propose de conseiller, bénévolement, les personnes qui en souffrent. Toutes deux ont animé des ateliers sur ce thème.
Mme Mongeau a aussi collaboré à l’écriture d’un ouvrage en deux tomes: Fibromyalgie, quand tu nous tiens! et Fibromyalgie, carnets pratiques. Mme St-Jean y a apporté son précieux témoignage.
Selon un rapport canadien publié en 2012, la fibromyalgie prendrait racine dans un traumatisme du passé, qui n’aurait pas été réglé (abus physique ou psychologique, violence subie, évènements perturbateurs divers, etc.). Le stress n’ayant pas été soulagé, le système nerveux est demeuré en alerte maximale et la maladie s’installe progressivement.
À ce jour, la médecine traditionnelle ne semble avoir aucun traitement efficace à offrir. Par le fait même, la croyance selon laquelle il existe peu de solutions est profondément ancrée et souvent décourageante, autant pour les gens qui en souffrent que pour leur entourage. Les personnes atteintes sont majoritairement des femmes. Ce sont de grandes travailleuses, perfectionnistes, nous explique Mme Mongeau. Il est encore plus difficile pour elles de s’arrêter.
Souffrir de fibromyalgie, est-ce une fatalité? Non, s’exclament Mmes Mongeau et St-Jean. Il existe de nombreux témoignages de personnes qui s’en sont sorties. Francine St-Jean est l’une d’elles. Elle aurait pu se décourager face à la «sentence» de trois médecins, qui est tombée comme un couperet: «À court terme, vous allez finir en fauteuil roulant.» «Hors de question!», répond-elle. Huit mois plus tard, elle marche normalement. Quatre ans plus tard, les douleurs ont disparu et elle n’a plus aucun symptôme.
«J’ai changé complètement mon alimentation et je suis devenue végétarienne», nous explique-t-elle. «Le végétarisme n’est pas la seule option et le régime hypotoxique de DrLagacé est aussi efficace. De plus, j’ai pris des suppléments (vitamines du complexe B pour le système nerveux et des oméga-3 pour la mémoire). J’ai aussi fait énormément d’autohypnose, de visualisation, de respiration et de méditation.» Elle s’est également mise au stretching. Il est essentiel de faire bouger les muscles, en douceur, pour éviter d’exacerber les tensions, nous confie Mme St-Jean.
Mme Mongeau, quant à elle, préconise une psychothérapie afin que le processus de désensibilisation au traumatisme vécu puisse s’installer. Elle utilise la technique de libération des émotions et obtient de très beaux résultats, dont celui de faire baisser le taux d’anxiété.
«Derrière chaque problème, il y a un cadeau.» Pour Mme St-Jean, cela aura été une belle leçon d’espoir, de foi et de persévérance.
Si vous avez des questions sur les ressources disponibles, vous pouvez joindre Valérie Spitzer à valerie.spitzer@yahoo.fr.
Références :
Pour en finir avec la fibromyalgie
Fibromyalgie, quand tu nous tiens!
www.fibromyalgie-quand-tu-nous-tiens.com

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de