|

L’homéopathie

Par Production Accès

L’homéopathie est un concept créé en 1796 par un médecin allemand, Samuel Hahnemann. Il repose sur l’idée qu’une substance qui provoque un symptôme peut être utilisée pour traiter le même symptôme de la maladie. Les praticiens recourant à l’homéopathie pensent qu’elle fonctionne en stimulant le corps à se soigner lui-même.

 

Encore aujourd’hui l’homéopathie déchaîne toujours les passions, il y a ceux qui ne peuvent s’en passer, en préventif comme en curatif, voire en accompagnement d’un autre traitement s’il est vraiment nécessaire, et d’autres qui n’attribuent à l’homéopathie qu’un simple effet placebo.

Une précision avant de continuer, en Europe, pour être homéopathe, il faut être médecin et de nombreux médecins sont homéopathe, en France, en Suisse, en Allemagne en particulier. Au Québec et au Canada, je crois aussi aux États-Unis il suffit d’avoir pris le cours d’homéopathie, lequel est plutôt solide et sanctionné par des examens sévères, ne devient pas homéopathe qui veut !

Pour ou contre l’homéopathie : une vieille controverse

Selon les chercheurs, il n’existe aucune preuve scientifique de l’efficacité des traitements homéopathiques, ils vont même jusqu’à avancer que cette médecine pourrait détourner les patients du traitement allopathique leur permettant d’être bien soignés. Ils rejettent aussi également l’argument des prohoméopathie qui est de dire que si ça ne soigne pas, ça ne fait pas de mal non plus ! Alors, regardons de plus près en quoi consiste et ce qu’est l’homéopathie:

Le principe de similitude et la dilution, les deux bases de l’homéopathie. L’homéopathie utilise des dilutions de principes actifs d’origine végétale, animale et minérale.

Elle est basée sur le Principe de similitude, c’est-à-dire sur l’idée qu’une substance qui a un certain effet aura l’effet inverse à très haute dilution. Le modèle le plus proche de similitude en allopathie se retrouve de nos jours dans les vaccins et la désensibilisation, mais bien sûr sans tenir compte de la notion de totalité, de quantité et de toutes les lois associées de la prescription homéopathique.

La fabrication des remèdes homéopathiques se fait en plusieurs étapes.

Pour commencer, il faut faire macérer une substance dans un solvant pour obtenir la teinture mère ou principe actif. Les substances non solubles sont ensuite réduites en poudre et le principe actif est alors dilué dans une grande quantité d’eau pure, puis agité.

Le mélange obtenu est à nouveau dilué dans de l’eau puis agité, etc. Jusqu’à ce que l’on obtienne un remède qui sera alors distribué sous forme de granules, de gouttes, ou de pommade.

La dilution se fera sous des principes très précis et le même principe actif servira à la préparation de plusieurs dilutions différentes. La prescription pour un remède homéopathique va d’ailleurs préciser la dilution souhaitée. Précisons que dans tous les cas, le principe actif est tellement dilué qu’il est indétectable par les moyens de la science actuelle, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’homéopathie connaît tant de détracteurs !

En conclusion, c’est une médecine alternative et souvent une complémentarité des thérapies palliatives.

Coup de cœur homéopathie, la thymuline

Thymuline est le nom homéopathique donné à une hormone sécrétée par le thymus, qui joue un rôle capital dans les mécanismes de l’immunité.

La Thymuline est une hormone thymique obtenue par synthèse. Elle joue un rôle dans la réponse immunitaire, par une action sur les lymphocytes T.

La souche est fréquemment prescrite pour prévenir les infections saisonnières de l’hiver, mais aussi dans le traitement des allergies.

L’idée est d’aller stimuler le thymus qui fabrique une hormone très utile à la défense immunitaire.

Ces granules seront donc très utiles en prévention et en stimulation du système immunitaire.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.